International
URL courte
7718
S'abonner

Les Défenses chinoise et indienne ont diffusé lundi des communiqués s’accusant l’une et l’autre d’avoir franchi la Ligne de contrôle effectif à la frontière qui sépare les deux pays, en violation du consensus visant à apaiser la situation.

Les troupes indiennes ont illégalement franchi la Ligne de contrôle effectif à la frontière sino-indienne, sapant la souveraineté territoriale de la Chine, a déclaré le ministère chinois de la Défense dans un communiqué diffusé le 31 août.

«Le 31 août, les troupes indiennes ont violé le consensus atteint auparavant entre les deux parties lors de négociations à différents niveaux, et ont à nouveau illégalement franchi la ligne de contrôle sur la rive droite du lac de Pangong Tso, procédant à une provocation ouverte et créant une tension dans la région frontalière», indique le communiqué chinois.

Des accusations réciproques

Plus tôt lundi, le ministère indien de la Défense avait accusé la Chine de mouvements «provocateurs» à la frontière contestée entre ces deux pays dans l'Himalaya, après un affrontement meurtrier à la mi-juin.

Selon New Delhi, ces mouvements ont eu lieu samedi soir dans la région du Ladakh, sans toutefois préciser si le secteur avait de nouveau été le théâtre d'affrontements, indique l’AFP.

L'armée chinoise a «réalisé des mouvements militaires provocateurs pour changer le statu quo» à la frontière, a affirmé le ministère indien, en ajoutant que les deux parties avaient lundi des entretiens.

Le communiqué indien affirme que les soldats de l'Armée populaire de libération (APL) chinoise ont «enfreint le consensus» visant à apaiser la situation frontalière.

Pékin n'a pas confirmé l'incident, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, assurant devant la presse que les troupes de son pays avaient «toujours strictement respecté la Ligne de contrôle effectif et ne l'ont jamais franchie».

La Ligne de contrôle effectif («Lign of Actual Control», LAC), frontière de facto entre l'Inde et la Chine, n'est pas correctement démarquée, rappelle l’AFP.

L’affrontement de juin

Des troupes des deux nations les plus peuplées du monde se sont affrontées le 15 juin lors d'un corps-à-corps d'une extrême violence dans une vallée disputée du Ladakh indien ou Tibet chinois, première confrontation meurtrière entre leurs armées en 45 ans.

Le choc a fait 20 morts côté indien, et un nombre inconnu de victimes dans les rangs chinois. Le décès des soldats indiens a suscité une vague d'indignation en Inde et provoqué une poussée de fièvre antichinoise, mettant le gouvernement nationaliste hindou sous pression.

New Delhi et Pékin se sont renvoyé la responsabilité de ces affrontements. Les armées des deux pays ont envoyé depuis juin des dizaines de milliers de soldats en renfort dans la région.

Les discussions militaires et diplomatiques pour faire retomber les tensions semblent actuellement dans une impasse.

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
défense, frontière, Inde, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook