International
URL courte
82237
S'abonner

Le mouvement palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé dans un communiqué qu'il était parvenu à une entente avec Israël afin de mettre fin à l'escalade.

Un accord destiné à mettre fin aux échanges de tirs a été conclu entre le mouvement palestinien Hamas et les autorités israéliennes, a annoncé lundi 31 août le Hamas dans un communiqué.

«Au terme de dialogues et de différents contacts, le dernier en date avec l'émissaire du Qatar Mohammed el-Emadi, un accord a été conclu pour contenir l'escalade et mettre fin à l'agression contre notre peuple», a indiqué le Hamas.

Selon la radio israélienne Arutz Sheva, les services de sécurité israéliens confirment cette information. 

Ces derniers jours, des radicaux palestiniens ont lancé des ballons et des cerfs-volants incendiaires depuis la bande de Gaza en direction d'Israël. L'armée israélienne a riposté en attaquant des cibles du Hamas dans l'enclave à l'aide de chars et d'hélicoptères. Outre les frappes de représailles, les autorités israéliennes ont réduit la zone de pêche en Méditerranée pour les Gazaouis et fermé Kerem Shalom, seul point de passage des marchandises entre Gaza et Israël.

En vertu de ce nouvel accord, les radicaux palestiniens cesseront de lancer leurs ballons et cerfs-volants incendiaires, alors qu'Israël rouvrira les postes de contrôle de Kerem Shalom et d'Erez à la frontière avec la bande de Gaza, ainsi que les zones de pêche.

Israël et le Hamas sont parvenus à cette entente alors que la bande de Gaza a besoin d'aide humanitaire en raison d'une flambée de Covid-19, note la radio Arutz Sheva.

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
Gaza, désescalade, Hamas, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook