International
URL courte
115210
S'abonner

Le Président vénézuélien a pris la décision de gracier plusieurs députés et autres collaborateurs du chef de file de l'opposition, Juan Guaido.

Nicolas Maduro a gracié une centaine d'opposants, dont des députés et des collaborateurs de Juan Guaido «dans le but de promouvoir la réconciliation nationale», a annoncé lundi 31 août le ministre de la Communication.

«Une grâce présidentielle est accordée aux citoyens mentionnés ci-dessous», a déclaré le ministre Jorge Rodriguez, en lisant une liste de noms lors d'une conférence de presse diffusée par la télévision d'État.

Parmi eux, des opposants emprisonnés, qui se sont réfugiés dans des ambassades étrangères ou ont fui le pays. L’assistant de Guaido, Roberto Marrero, arrêté pour «terrorisme» et incarcéré en mars 2019, deux mois après que Guaido se soit déclaré Président par intérim du Venezuela, et les députés Gilber Caro et Renzo Prieto, eux aussi emprisonnés, font partie de la liste des personnes graciées.

L’annonce survient à l’approche des législatives prévues pour le 6 décembre que le mouvement de Juan Guaido appellent à boycotter puisque les conditions ne sont pas honnêtes.

Juan Guaido, qu’une cinquantaine de pays reconnaissent comme Président par intérim du Venezuela, ne figure pas sur cette liste, indique l’AFP. La justice vénézuélienne le poursuit dans plus d'une demi-douzaine d'affaires. Il est notamment accusé d'avoir voulu renverser Nicolas Maduro lors d'un appel au soulèvement de l'armée le 30 avril 2019, mais il est libre de ses mouvements à l'heure actuelle.

Le décret présidentiel lu par Jorge Rodriguez «entrera en vigueur à partir de sa publication» et les tribunaux «devront appliquer les mesures immédiates de remise en liberté des personnes citées».

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
opposition, Juan Guaido, Nicolas Maduro
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook