International
URL courte
393
S'abonner

Dans le cadre d’une vaste campagne anticorruption, le prince Fahad ben Turki, commandant des forces conjointes, et son fils Abdoulaziz ben Fahad, vice-émir de la région d'Al-Jouf, ont été limogés le 31 août.

Le prince Fahad ben Turki, commandant des forces conjointes, et son fils Abdulaziz ben Fahad, vice-émir de la région d'Al-Jouf, font l'objet d'une enquête pour corruption, ont annoncé des médias officiels.

Plusieurs autres officiers et civils du ministère de la Défense sont aussi poursuivis pour corruption, selon un décret royal cité par la presse officielle.

Le renvoi du prince Fahad, qui a dirigé les forces de la coalition au Yémen voisin, «est un signal fort contre la corruption dans l'armée» lancé par les autorités, analyse l'expert Ali Shihabi, cité par l’AFP.

Il s'agit de la dernière purge lancée depuis le limogeage fin août de gouverneurs et fonctionnaires du ministère de l'Intérieur accusés de corruption dans le cadre de projets touristiques en développement dans le royaume.

Une campagne anticorruption

Début novembre 2017, une vaste campagne anticorruption avait été lancée en Arabie saoudite. Des centaines de princes, ministres et hommes d'affaires ont été détenus dans l'hôtel de luxe Ritz-Carlton de Ryad.

Beaucoup y ont été retenus pendant plusieurs semaines et relâchés après avoir signé des accords financiers avec le gouvernement, qui a indiqué avoir récupéré plus de 400 milliards de rials (plus de 90 milliards d'euros).

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
corruption, roi, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook