International
URL courte
Par
10515
S'abonner

Dans sa quête à l’homme augmenté, Elon Musk a présenté sa technologie Neuralink, qui permettrait à terme de traiter des maladies neurologiques. Si les promesses sont grandes, les risques aussi. Frédéric Ocana, expert en cybersécurité, décortique pour Sputnik les potentiels dangers de l’implant cérébral testé sur un cochon.

Un rêve transhumaniste en passe de devenir réalité? Elon Musk, fondateur de SpaxeX et Tesla, a présenté les dernières avancées de Neuralink, son implant cérébral, à l’aide d’un cochon cobaye dénommé Gertrude. L’une des nouveautés est que la puce, placée dans le cerveau, fonctionne sans fil grâce à la technologie Bluetooth. «C’est comme une Fitbit [montre connectée, ndlr] dans votre crâne», s’est enthousiasmé Elon Musk.

En théorie, dans un futur proche, ce prototype, qui mesure 23 mm de diamètre (comme une petite pièce de monnaie) sur 8 mm d’épaisseur, permettrait à certaines personnes paralysées ou handicapées de recouvrer leur mobilité. Cependant, l’objectif à long terme avancé par Elon Musk est de rendre les implants si sûrs, fiables et simples qu’ils relèveraient de la chirurgie élective (de confort).

Avènement de l’Homme augmenté

Monnayant quelques milliers de dollars, des humains pourraient ainsi doter leur cerveau d’une puissance informatique pour lutter contre la domination de l’intelligence artificielle (IA). En effet, pour le créateur de SpaceX, «nous nous dirigeons vers une situation où l’IA sera large­ment plus intelligente que les humains et je pense que cet horizon se situe dans moins de cinq ans.» La série d’anticipation «Black Mirror» n’a finalement que peu d’avance sur le réel.

Si les possibilités de traiter les maladies neurologiques s’avèrent très intéressantes, cette technologie soulève de nombreuses questions en matière de sécurité. Plusieurs experts ont ainsi souligné les risques de piratage. Et pour cause, les «brain-computer interfaces» (BCI), ou interfaces neuronales directes en français dans le texte, permettent une communication directe entre un cerveau et un dispositif externe.

Pour rassurer son audience, le fondateur de Tesla a indiqué que la puce informatique doit être protégée contre les perturbations externes (interférences sur les ondes, puissance des signaux), mais aussi internes. Et d’ajouter que les communications avec le smartphone et toute autre machine doivent être inviolables. Comment être certain de ne pas être piraté?

Se protéger des pirates informatiques

Interrogé par Sputnik, Frédéric Ocana, expert en cybersécurité, estime que, de fait, «implanter une puce de silicium dans le cerveau pose de multiples problèmes en termes de sécurité.»

Selon le spécialiste, «la puce peut avoir des bugs à la conception». En témoigne notamment la découverte de la vulnérabilité «Spectre», début 2018, qui concernait la grande majorité des processeurs Intel. Une faille provoquée par un défaut dans la conception du produit. Ce défaut aurait pu permettre à des pirates de prendre le contrôle de l’ordinateur et d’accéder à des données telles que les numéros de cartes bancaires ou encore les mots de passe.

Dans le cadre de l’utilisation de Neuralink par des personnalités politiques influentes, par exemple, l’accès à des informations sensibles par des personnes pourrait causer des dégâts considérables.

Comme l’explique Frédéric Onana, même si les fabricants des puces mettent au point «des patchs ou correctifs», certains bugs pourraient ne jamais être corrigés du fait que «c’est écrit en dur dans la puce».

«Qu’est-ce que l’on fait derrière? On ouvrira le cerveau? On changera la puce de milliards de personnes? Cela peut être compliqué, surtout que l’on pourrait faire l’objet d’attaques le temps de la découverte de la faille. La sortie des correctifs pour mitiger [décaler ou rendre plus compliquée l’attaque, nldr] n’est pas une réponse qui fonctionne à 100%.»

Par ailleurs, les hackers pourraient également choisir d’agir en amont, comme le souligne Frédéric Onana, à l’image du piratage du 7 août dernier, qui a permis de faire fuiter 20 Go de fichiers confidentiels. Une opération intitulée «Exconfidential Lake», en référence aux architectures récentes d’Intel, a permis d’empêcher des projets de piratage en développement.

Risque de modification du cerveau

En outre, au-delà des problèmes d’interception de données, l’un des risques liés à Neuralink est l’altération du cerveau.

«Ils ont expliqué qu’ils allaient utiliser le Bluetooth pour faire par exemple communiquer le cerveau avec le point où ta colonne vertébrale est cassée. Cette communication doit bien être sécurisée! Que se passerait-il si quelqu’un peut l’intercepter et effectuer des modifications?», se demande Frédéric Ocana.

Une conséquence également mise en exergue par Javier Mínguez, cofondateur et directeur de la société de neurotechnologie Bitbrain: «Les BCI ont le potentiel de modifier le cerveau de l’utilisateur (par exemple pour faciliter les améliorations motrices ou cognitives des personnes handicapées). Pour préserver l’intégrité physique et mentale de l’utilisateur, les systèmes BCI doivent garantir qu’aucune personne non autorisée ne puisse modifier leur fonctionnement», a-t-il affirmé à ZDNet.

Si pour le moment, la communauté scientifique estime que la présentation de Musk était plutôt un exercice de communication afin de lever des fonds, le potentiel de Neuralink est loin d’être négligeable. Conscient de ses possibilités, le fondateur de Tesla a évoqué la possibilité de communiquer des pensées brutes, non limitées par les langues humaines, de la «télépathie non linguistique, consensuelle et conceptuelle». Autant de données à protéger, car si des hackers peuvent accéder à nos pensées, voire nos mémoires, «qu’est-ce qui les empêcherait de nous faire chanter derrière», s’interroge Frédéric Ocana. La question de la sécurité est donc primordiale, l’enjeu étant de savoir:

«Est-ce que l’on considère notre cerveau comme quelque chose de précieux ou pas?», conclut Frédéric Ocana.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
puce électronique, cerveau, implant
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook