International
URL courte
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (53)
5215
S'abonner

Depuis mercredi soir et jusqu’à ce jeudi midi, Sergueï et Ioulia Skripal, évoqués dans une publication de RTL dédiée à l’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny, ont été annoncés morts. Contactée, l’auteure a corrigé cette erreur.

Le Novitchok est revenu en Une de la presse depuis que le gouvernement allemand a annoncé mercredi que c’est une substance toxique du même type qui avait, d’après ses informations, été utilisée contre l’opposant russe Alexeï Navalny, actuellement hospitalisé à Berlin. Les parallèles avec l’affaire Skripal ne se sont pas fait attendre. Pour rappel, Londres a alors accusé Moscou d’avoir empoisonné en mars 2018 un ex-agent double et sa fille avec cet argent innervant développé à l’époque soviétique.

Or, bien que le 18 mai de la même année le National Health Service (NHS) ait annoncé que Sergueï Skripal et sa fille Ioulia avaient quitté l’hôpital, en évoquant l’événement de Salisbury, qui a envenimé les relations entre la Russie et le Royaume-Uni, dans son article datant du 2 septembre et dédié à Navalny, une journaliste de RTL les a donnés pour morts.

Capture d'écran du site de RTL
Capture d'écran du site de RTL

D’abord, le chapeau de l’article évoquait «la mort de l'agent double Sergueï Skripal en 2018». Ensuite, dans l’article, on apprenait que sa fille avait connu un sort non moins tragique, les deux ayant été «tués» à l’aide de ce poison.

Capture d'écran du site de RTL
Capture d'écran du site de RTL

La journaliste admet une erreur

Après que cette faute a été constatée par notre collègue sur Twitter, l’article a été corrigé et la journaliste a assumé avoir commis une grossière erreur, précisant qu’elle n’avait aucune intention malveillante.

​Hospitalisation de l’opposant Navalny

Alexeï Navalny a été hospitalisé le 20 août à Omsk, en Sibérie, suite à un malaise qu’il a fait à bord d’un avion le transportant à Moscou et qui a dû atterrir en urgence.

Selon les premières analyses faites par les médecins à Omsk, des troubles métaboliques ont provoqué une forte hypoglycémie. Ils ont par la suite déclaré qu’aucun poison n'avait été détecté dans son sang et son urine. Dans le coma depuis le 20 août, l'opposant a été transféré à l’hôpital de la Charité de Berlin.

Le 2 septembre, le gouvernement allemand a déclaré qu’il avait été empoisonné par un agent toxique de type Novitchok. La partie russe a réagi en soulignant que personne jusqu’à présent ne lui en avait fourni la moindre preuve.

Moscou a attiré l’attention sur le fait que la lettre de médecins russes demandant aux spécialistes allemands d’expliquer les conclusions sur l'empoisonnement d’Alexeï Navalny restait sans réponse. Pour sa part, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a précisé que Moscou était prêt à coopérer avec Berlin, comme cela a été le cas pour Salisbury, sauf que cette offre est restée sans réponse.

Dossier:
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (53)

Lire aussi:

Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook