International
URL courte
Par
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (107)
36868
S'abonner

Regain de tension diplomatique: Berlin accuse Moscou d’avoir cherché à éliminer celui que l’Occident présente comme le «principal opposant» au Kremlin, Alexeï Navalny. Une énième crise qui tombe à point nommé, notamment pour faire dérailler le projet de gazoduc Nord Stream 2, auquel l’Allemagne venait tout juste de rappeler son attachement.

Le torchon brûle à nouveau entre l’Occident et la Russie. Alors qu’Alexeï Navalny est toujours hospitalisé à Berlin, des voix s’élèvent pour accuser le Kremlin de l’avoir empoisonné.

Évoquant les examens médicaux menés par un laboratoire de l’armée, le gouvernement allemand a déclaré mercredi 2 septembre avoir la «preuve sans équivoque» de l’empoisonnement du blogueur russe par un agent neurotoxique «de type Novitchok». Cet agent chimique militaire «made in Russia», avait déjà fait parler de lui en 2018 lors de l’affaire Skripal, au Royaume-Uni. Alexeï Navalny l’aurait ingéré à son insu en buvant un thé à l’aéroport de Tomsk, d’où il attendait son vol vers Moscou. Voyage durant lequel celui qui est présenté en Occident comme l’«opposant numéro un» à Vladimir Poutine aurait perdu connaissance, après avoir poussé des cris de douleur.

À l’instar de l’affaire Skripal, c’est donc l’exécutif même d’un pays européen –cette fois-ci l’Allemagne– qui pointe un doigt accusateur vers les autorités russes. «Nous attendons du gouvernement russe qu’il explique sa position sur cette affaire. Des questions très sérieuses ont été soulevées auxquelles seul le gouvernement russe peut et doit répondre», a ainsi déclaré le 2 septembre la Chancelière allemande, Angela Merkel.

Un modus operandi et un calendrier politique qui interpellent

Une porte ouverte dans laquelle se sont engouffrés sans attendre –ni grande surprise– Londres et Washington. Si contrairement à certains de ses ambassadeurs, le quai d’Orsay reste pour l’heure mesuré, Paris devrait finir par s’aligner sur la position de ses voisins et alliés de l’Otan.

«Ce qui est sûr, c’est que ça ne profite pas à Vladimir Poutine», réagit Andréa Kotarac au micro de Sputnik.

Ancien élu régional La France insoumise (LFI) et depuis 2019 soutien de Marine Le Pen, son intérêt pour les affaires d’Europe de l’Est est demeuré inchangé. À ses yeux «l’affaire ne tient pas». Ainsi notre interlocuteur rappelle-t-il en premier lieu les incohérences dans le modus operandi des Services russes. Par exemple, si ceux-ci avaient voulu éliminer Alexeï Navalny, pourquoi recourir à un agent neurotoxique qui n’était pas parvenu –contrairement à ce qu’ont pu affirmer ce 3 septembre au matin certains médias français– à tuer Sergueï Skripal en 2018?

«Vouloir l’empoisonner pour le tuer, mais le soigner juste après, puis l’envoyer en Allemagne pour qu’en retour les Allemands accusent la Russie… ça ne manque pas de sel», ironise-t-il.

Le Novitchok est «substance particulièrement létale», comme le souligne France Culture ce 3 septembre. De fait, cet agent neurotoxique est capable d’éliminer toute une unité militaire, le rappelait le 2 septembre Léonid Rink, l’un de ses créateurs, sur la chaine YouTube d’un journaliste russe. Rappelons que le laboratoire en Ouzbékistan où il fut créé dans les années 70 fut démantelé par les Américains dans la foulée de l’effondrement de l’URSS et qu’un autre créateur du Novitchok, Vil Mirzayanov, a publié la formule chimique dans un livre paru en 2007. En clair, les Russes sont loin d’être les seuls à avoir accès à ce gaz de combat.

Par ailleurs, Andrea Kotarac attire l’attention sur le contexte géopolitique «très particulier» dans lequel s’inscrit cette hausse des tensions entre certaines capitales européennes et Moscou. En tout premier lieu, la finalisation du gazoduc Nord Stream 2. Depuis plusieurs mois, Washington hausse le ton pour faire lâcher prise à Berlin, trois sénateurs menaçant même de lourdes sanctions les entreprises allemandes prenant part au projet. Or, comme le rappelle notre interlocuteur, le 1er septembre, soit la veille même de l’annonce de la découverte du Novitchok dans l’organisme de Navalny, Angela Merkel avait rétorqué aux sénateurs américains que le gazoduc reliant l’Allemagne à la Russie serait achevé.

Après l’expulsion des diplomates, l’«arme» du gaz?

Washington n’est pourtant pas le seul opposant au Nord Stream 2. Ce 3 septembre, Norbert Röttgen, président de la Commission des Affaires étrangères du Bundestag, a appelé l’Union européenne à le faire annuler, suggérant le recours au levier du gaz «pour répondre» à Vladimir Poutine.

​Même son de cloche du côté de l’ancien ambassadeur d’Allemagne à Washington et président de la Conférence sur la sécurité de Munich, Wolfgang Ischinger, qui estime que pour envoyer un «message clair à Moscou», le renvoi de diplomates ne serait pas suffisant.

Ainsi faisait-il référence à la vague d’expulsion de diplomates russes qui avait traversé les pays européens et d’Amérique du nord, ainsi que l'Australie, au lendemain de l’empoisonnement de Sergueï Skripal. Bien qu’au fil des semaines, les éléments d’accusation de Londres se fussent délités, les Occidentaux avaient fait porter le chapeau à la Russie. Déjà à l’époque, le contexte interpellait: là encore, selon les accusateurs de la Russie, le Kremlin aurait jugé judicieux de tenter d’assassiner un ancien agent double, libéré de sa prison russe depuis des années, à deux semaines des élections présidentielles et à trois mois de la Coupe du monde de football, une compétition internationale dont l’organisation était chère au Président russe et qui fut boycottée par certains dirigeants occidentaux.

«Ce n’est pas le moment pour les Russes d’ouvrir un second front»

Au plus fort des tensions entre Londres et Moscou, Theresa May n’avait pas exclu de recourir à des «ripostes militaires» à l’encontre d’une Russie alors mise sur un pied d’égalité avec l’État islamique*. Bref, difficile de voir dans cette affaire où seraient l’intérêt de Moscou de faire assassiner un opposant dont les journalistes occidentaux ont fait leur coqueluche.

Alexeï Navalny «n’est certainement pas le grand opposant qui fait trembler le Kremlin et que l’Occident adule» tacle Andréa Kotarac.

Il s’interroge également sur les hypothétiques bénéfices qu’aurait pu tirer Vladimir Poutine de l’élimination de l’homme politique. Évoquant les crises syrienne et biélorusse, l’à-propos de cet empoisonnement semble singulièrement manquer: «ce n’est pas le moment pour les Russes d’ouvrir un second front» [avec les Européens, ndlr], estime-t-il.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (107)

Lire aussi:

Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Mediapart parle d’attentats de «faible intensité», le Net en colère
Des dizaines de manifestants pro-Turcs défilent à Dijon en criant «Allahu Akbar» – vidéos
Tags:
A234, Affaire Skripal, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook