International
URL courte
81913
S'abonner

Un rassemblement à Times Square de militants réclamant «la justice raciale» a été marqué par un incident qui aurait pu virer au drame. Un conducteur, prétendument partisan de Donald Trump, a foncé dans la foule. Trois personnes ont été blessées.

Le 3 septembre, une voiture a foncé sur une foule rassemblée à Times Square, à New York, rapporte le New York Daily News en se référant à la police.

Environ 300 personnes s’étaient rassemblées à cet endroit de Manhattan lors d'une manifestation Black Lives Matter, en réclamant «la justice raciale» après la mort d'un Afro-Américain aux mains de la police à Rochester en mars dernier.

​Comme l’indique le média, les manifestants avaient constitué une file de vélos sur la route pour tenter de bloquer la circulation. Une voiture Ford Taurus s'est dirigée vers le barrage improvisé, s'est arrêtée et a rapidement foncé sur la foule. Trois cyclistes ont été renversés et légèrement blessés. Des volontaires médicaux leur ont fourni une assistance sur place.

​Selon un porte-parole de la police de New York, un petit rassemblement de soutien au Président sortant se déroulait également près de la place, et un partisan de Donald Trump aurait été au volant du véhicule.

Les forces de l'ordre ont commencé à enquêter. Dans un tweet, elles ont souligné qu'aucune voiture de police n'était associée à l'incident, comme certains utilisateurs des réseaux sociaux l'avaient initialement supposé.

Mort asphyxié par des policiers

L’Afro-Américain Daniel Prude, en proie à des troubles psychologiques et qui errait nu dans la rue, est mort asphyxié par des policiers en mars dernier dans l’État de New York.

Sa famille a diffusé les images captées par une caméra d'intervention qui montrent un groupe d’agents mettre une cagoule sur sa tête, apparemment dans le but d'empêcher une éventuelle transmission salivaire au coronavirus, alors qu’il est agenouillé, menotté et nu.

Cette affaire est venue alimenter la colère contre ce que les activistes dénoncent comme une épidémie de violences policières et de discriminations raciales aux États-Unis.

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Tags:
New York, véhicule, racisme, Black Lives Matter, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook