International
URL courte
Par
5419
S'abonner

Devant ses partisans en Pennsylvanie, Donald Trump a défendu le 3 septembre sa prise de position sur la Russie. Il a qualifié de «maniaques» ceux qui parlent d’une ingérence russe et estime qu’il faut améliorer les relations entre les deux pays.

Le Président américain a déclaré jeudi 3 septembre qu'il éteignait la télévision lorsqu’il entendait parler de sa collusion avec la Russie. Des accusations qui durent depuis plusieurs années. Une folie, selon lui, soulignant une fois de plus qu'il était préférable d'avoir de bonnes relations avec les pays étrangers.

«Ils disent toujours: "Trump est radical, il est fou, il est trop radical, il nous entraînera dans des guerres". […] Je vous protège des guerres. Que s'est-il passé en Corée du Nord? Je me suis entendu avec Kim Jong-un. Ils ont dit que c’était terrible. C'est bien que je m'entende [avec lui, ndlr]. Si je m'entends avec la Russie, est-ce une bonne ou une mauvaise chose? Je pense que c'est une bonne chose», expose-t-il lors d’un rassemblement à Latrobe, en Pennsylvanie.

Il a par ailleurs mentionné le président du comité du renseignement Adam Schiff qui a par le passé accusé la Russie d’avoir «volé la présidentielle aux démocrates».

«Ces maniaques parlent toujours de la Russie. Ils ne parlent jamais de la Chine. C'est toujours la Russie. Je l'ai entendu recommencer. Ils ont dit que quelqu'un s'était entretenu avec la Russie, la Russie, la Russie, la Russie. Tous ces maniaques! Cet hypocrite de Schiff est un maniaque fini. Je ne peux même plus l’écouter», dénonce-t-il.

Le rapport Mueller

En 2018, le procureur spécial Robert Mueller a dirigé une enquête sur la prétendue ingérence russe dans les élections américaines. Des accusations ont été portées contre 12 Russes qualifiés d’agents du renseignement pour des attaques informatiques contre les serveurs du Parti démocrate.

Suite à ces accusations, Trump s’est plusieurs fois exprimé pour pointer des piratages venus d’Ukraine. Le rapport final remis par Robert Mueller a souligné l’absence de preuves sur une collusion entre Donald Trump et la Russie pour l’élection de 2016.

Moscou a plusieurs fois nié s’être ingéré dans le processus électoral américain, affirmant que ces allégations ont été inventées pour expliquer la défaite d’Hillary Clinton et détourner l'attention des cas réels de fraude électorale et de corruption.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
ingérence russe, Donald Trump, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook