International
URL courte
Par
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (64)
193215
S'abonner

L'hôpital universitaire de la Charité de Berlin annonce avoir réveillé de son coma artificiel Alexeï Navalny transporté en Allemagne après avoir fait un malaise à bord d’un avion en partance de Tomsk pour Moscou.

L'état de santé de l'opposant au Kremlin s'est amélioré, il a été sorti du coma, informe l'hôpital berlinois de la Charité où il a été transporté après un malaise.

«L'état d'Alexeï Navalny, qui suit un traitement à la Charité depuis le 22 août, s'est amélioré. Le patient a été sorti d'un coma médical et déconnecté des respirateurs. Il réagit aux stimuli verbaux. Il est trop tôt pour évaluer les conséquences potentielles à long terme de son grave empoisonnement», indique le communiqué de l'établissement.

Malaise à bord de l'avion

Le blogueur Alexeï Navalny a fait un malaise à bord d’un avion reliant Tomsk à Moscou le 20 août. Après l'atterrissage d’urgence, il a été hospitalisé à Omsk, en Sibérie, où il a été placé en soins intensifs et plongé dans un coma artificiel.

À la demande de sa famille, l'opposant russe a été transporté quelques jours plus tard par avion médicalisé à l’hôpital universitaire de la Charité en Allemagne.

Les médecins d’Omsk n’ont pas trouvé de traces de poison dans son sang et son urine. Selon eux, l'homme souffrait de troubles métaboliques ayant causé une forte hypoglycémie.

Le 2 septembre, Berlin a annoncé, se référant à des médecins militaires, qu’il avait été empoisonné par une substance du groupe des agents toxiques Novitchok.

Dossier:
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (64)

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
coma, état de santé, conditions, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook