International
URL courte
Par
9762
S'abonner

Le ministre russe des Affaires étrangères, arrivé ce 7 septembre pour une visite officielle à Damas, a évoqué lors d’une conférence de presse les liens tissés entre la Russie, l’Iran et la Turquie.

Moscou, Ankara et Téhéran souhaitent éviter ensemble une éventuelle répétition en Syrie des évènements en Libye et en Irak, a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

«Ce qui nous unit à la Turquie et à l’Iran, c’est notre aspiration commune à empêcher à tout prix que ne se répète en Syrie ce qui a été fait avec la Libye, ce qui a été fait avec l'Irak», a-t-il souligné lors d’une conférence de presse à Damas.

Il a rappelé dans ce contexte les négociations en cours sur les moyens de régler le conflit en Syrie.

Le processus d'Astana est «fondé sur le respect de la souveraineté, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de la Syrie, sur le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures de ce pays et sur l'inadmissibilité de tentatives d'incitation, surtout de l'extérieur, à des états d’esprit séparatistes», a rappelé Sergueï Lavrov.

Arrivé ce 7 septembre dans la capitale syrienne, il s'est notamment entretenu avec le Président Bachar al-Assad et son homologue syrien, Walid al-Mouallem.

Le format d’Astana

Damas
© Sputnik . Mikhaïl Voskressenski
Le conflit armé en Syrie se poursuit depuis 2011. Des négociations sont en cours à partir de 2017 dans la capitale du Kazakhstan et sont connues comme le format d’Astana, ville qui a officiellement été renommée Noursoultan. Un accord signé par les trois pays a permis de mettre en place quatre zones de désescalade en Syrie.

En janvier 2018, Sotchi a accueilli le Congrès du dialogue national syrien, première tentative depuis le début du conflit de rassembler les différents camps sur une même aire de négociations. La rencontre a débouché sur la décision de mettre en place un comité constitutionnel qui déploie ses activités à Genève et dont l’objectif majeur est de préparer une réforme constitutionnelle.

Lire aussi:

«L'Europe est devenue la chambre à gaz de George Soros», affirme un responsable hongrois
Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire
Tags:
Sergueï Lavrov, Russie, Turquie, Iran, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook