International
URL courte
Par
7401
S'abonner

À l’issue d’une réunion au Parlement iranien sur les programmes nucléaires émirati, saoudien et turc, le Dr Ali Akbar Salehi, directeur de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran, a fait savoir que son pays allait saisir l’AIEA pour lui demander des garanties sur sa sécurité nationale, rapporte la chaîne iranienne Al-Alam.

Mardi 8 septembre, la Commission de la Sécurité nationale et des Affaires étrangères du Parlement iranien a tenu «une importante réunion à huis clos» consacrée à l’examen des éventuelles répercussions des programmes nucléaires de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis (EAU) et de la Turquie sur la sécurité nationale de l’Iran, relate la chaîne Al-Alam. Présent à cette rencontre, le directeur de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran (OEAI) Ali Akbar Salehi a fait savoir que son pays allait saisir l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) sur cette question.

«Les Émirats arabes unis ont lancé l’exploitation de leur premier réacteur nucléaire et envisagent d’en construire trois autres», a déclaré le Dr Salehi. «Le Royaume d'Arabie saoudite a également pris une ferme décision de se lancer dans ce domaine», a-t-il ajouté, soulignant que «la Turquie a également mis en branle un vaste programme nucléaire autour de la construction d’une centrale».

Et d’indiquer que «la Commission de la Sécurité nationale et des Affaires étrangères du Parlement entend engager des consultations avec l’AIEA pour examiner la dimension sécuritaire des projets nucléaires de ces trois pays vis-à-vis de l'Iran».

«Les experts de l’AIEA ne peuvent se rendre en Arabie saoudite»

Lors d’un point presse tenu le 11 août, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Abbas Mousavi a affirmé que «ce qui est inquiétant dans le programme nucléaire saoudien est le fait que les experts de l’AIEA ne peuvent se rendre dans ce pays pour effectuer des inspections». Il a précisé que ceci avait lieu «bien que l’Arabie saoudite soit membre du Traité de non-prolifération (TNP) et de ce fait autorisée à exploiter l’énergie nucléaire à des fins civiles», informait l’agence Fars Arabic.

Par ailleurs, Fars Arabic rappelait que Riyad devait «également respecter ses obligations en vertu de l’article 3 du TNP qui l’oblige à accepter l'accord de garanties avec l’AIEA et à autoriser les inspections régulières qui en découlent».

«Si l'Arabie saoudite n'a pas de plan secret, alors pourquoi refuse-t-elle les inspections de l'AIEA et la pleine mise en œuvre de l'accord de garanties?», s’interrogeait le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. Selon lui, «ce comportement soulève de sérieux doutes sur les intentions de l'Arabie saoudite quant à l’utilisation de l’énergie nucléaire».

Pour M.Mousavi, le directeur général de l'AIEA et son Conseil des gouverneurs sont tenus «de mettre fin à cette situation et à l'utilisation abusive par Riyad d'une ancienne faille dans le dispositif de contrôle».

«Le directeur général de l'agence connaît mieux que quiconque les outils juridiques dont il dispose pour remédier à cette faiblesse», résumait-il.

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Institut des réacteurs nucléaires (NIIAR), réacteurs nucléaires, Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), programme nucléaire iranien, programme balistique, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook