International
URL courte
Par
5524270
S'abonner

Le chef de la diplomatie saoudienne a déclaré ce mercredi que les milices armées soutenues par l’Iran «font des ravages et sèment le chaos et la désolation dans de nombreux pays arabes», rapporte Al-Arabiya. Il a demandé à ses homologues arabes «d’adopter une position commune ferme» contre ce danger.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Fayçal ben Farhane ben Abdallah al-Saoud a affirmé ce mercredi 9 septembre lors d’une réunion des ministres de la Ligue des États arabes que «le soutien du régime iranien aux milices armées est la plus grave menace qui pèse sur la région arabe», relaye la chaîne saoudienne Al-Arabiya.

«Les menaces les plus dangereuses auxquelles notre région arabe est confrontée sont les violations continues des lois, chartes et normes internationales par le régime iranien qui met en danger la sécurité et la stabilité de nos pays», ajoute le chef de la diplomatie saoudienne.

Riyad appelle à «une position ferme»

Il souligne que ces «milices font des ravages et sèment le chaos et la désolation dans de nombreux pays arabes».

Dans ce cadre, Fayçal ben Farhane appelle ses homologues «à l’adoption d’une position commune ferme contre toute ingérence étrangère [iranienne, ndlr] dans les affaires des pays arabes».

Dans le même sens, il demande à «la communauté internationale de déployer plus d’efforts pour imposer aux milices houthies au Yémen d'arrêter leurs agressions».

Enfin, Fayçal ben Farhane ben Abdallah al-Saoud prévient que «nous allons continuer à demander à la communauté internationale d’assumer ses responsabilités face à la menace posée par ces pratiques hostiles à la paix et à la sécurité dans le monde».

Lire aussi:

Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Tags:
Iran, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Arabie Saoudite, Riyad
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook