International
URL courte
Par
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (36)
13661
S'abonner

Cherchant à faire adopter des restrictions contre la Turquie suite à un différend en Méditerranée, Chypre a rejeté les sanctions formulées par l’Union européenne visant la Biélorussie, indique Bloomberg qui se réfère à une source proche du dossier. Interrogée par Sputnik, une source diplomatique chypriote a démenti cette information.

La proposition de sanctions européennes contre la Biélorussie a été bloquée par Chypre, a fait savoir Bloomberg en se référant à des sources proches du dossier.

Le pays a décliné les mesures de restrictions visant à sanctionner des dizaines de responsables biélorusses car il souhaite que tous les États membres de l’Union européenne répriment également la Turquie pour ses activités d’exploration en quête d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, précise l’agence.

Cependant, cette information a été démentie ce 10 septembre par une source du ministère chypriote des Affaires étrangères, interrogée par Sputnik.

Présenté en juin, le projet chypriote visant à ajouter sept entreprises turques à la liste des sanctions européennes a peu évolué. Bien que l’UE ait exprimé son soutien à la Grèce et à Chypre à plusieurs reprises et ait qualifié les activités d’Ankara dans la zone économique d’illégales, aucune entreprise n’a été sanctionnée à l’exception de deux personnalités turques, poursuit Bloomberg.

Dans le même temps, un plan de sanctions contre des responsables biélorusses a reçu un soutien plus large, après que les diplomaties des États membres ont promis d’accélérer les travaux en parallèle avec le projet de sanctions contre Ankara. Comme les discussions sur les mesures antiturques sont toujours suspendues, les deux initiatives pourraient être retardées, avance l’agence.

Selon Bloomberg, la Commission européenne n’a pas commenté ces informations.

Débats autour de la Turquie et la Biélorussie

En août, l’Union européenne a refusé de reconnaître les résultats de l’élection présidentielle en Biélorussie. Selon le sondage de sortie des urnes, plus de 80% des voix ont été en faveur du Président sortant, Alexandre Loukachenko.

L’institution a estimé que l’élection n’a été ni libre ni équitable et a promis des sanctions notamment pour sanctionner les actes violents survenus dans le pays pendant les manifestations. L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont déjà interdit à une trentaine des fonctionnaires biélorusses d’entrer dans leurs pays.

Une zone disputée en Méditerranée orientale fait de nouveau l’objet de vive tensions entre la Turquie d’un côté et la Grèce et Chypre de l’autre, après qu’Ankara a découvert d’importantes réserves de gaz dans la région et a annoncé la reprise du forage.

Dossier:
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (36)

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Tags:
Méditerranée, Chypre, Turquie, sanctions, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook