International
URL courte
Par
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (36)
20439
S'abonner

Suite à une réprimande de Macron qui a affirmé ne plus considérer la Turquie comme un partenaire en Méditerranée orientale ce 10 septembre, la diplomatie turque a jugé que le Président français s’en prenait à son pays parce qu’il entravait «ses plans machiavéliques de politique étrangère».

Tandis qu’Emmanuel Macron a martelé ce 10 septembre que la Turquie «n'[était] plus un partenaire» en Méditerranée orientale, pour le ministère turc des Affaires étrangères, les attaques du Président français sont l’expression d’un mécontentement face à la mise en échec par Ankara de ses projets en matière de politique internationale.

«Macron attaque la Turquie en raison du sentiment de mécontentement interne qu'il ressent parce que nous avons perturbé ses plans machiavéliques de politique étrangère», indique la déclaration du ministère.

Macron a mené la France à une «situation déplorable»

Pour sa part, Omer Celik, représentant du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie, a accusé le Président français d’appliquer «un stratagème de colonisateurs» et d’avoir mené la France à une «situation déplorable».

«Macron a dit: "Nous n'avons pas de problème avec le peuple turc, mais avec Erdogan". C’est un vieux stratagème de colonisateurs. Ils montrent un faux amour pour asservir les peuples, mais ils attaquent les dirigeants patriotes. Les attaques du colonisateur contre notre Président sont un honneur pour nous», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

En outre, Omer Celik a dénoncé les capacités d’Emmanuel Macron de gouverner la France d’où, selon le représentant turc, la politique étrangère agressive du Président français.

«Macron tente de couvrir avec une politique étrangère agressive son incapacité à diriger la France. Macron est responsable des fosses communes d'Haftar.»

Poursuivant ses accusations contre le Président français, Omer Celik avertit que la Turquie ne permettra pas des démarches agressives dans sa région et qu’elle sera capable d’y répondre convenablement.

«Macron, en utilisant la Grèce, tente de jouer le rôle de colonisateur en Méditerranée orientale. Et il attaque notre Président parce que notre Président ne le laisse pas mener sa politique agressive dans la région. La Turquie donnera la réponse la plus appropriée à vos menaces», conclut Omer Celik sur Twitter.

Tensions qui marquent la Méditerranée

Dans un contexte de tensions croissantes entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée, où les recherches d'hydrocarbures menées unilatéralement par Ankara ont provoqué de vives tensions, la France a averti le gouvernement turc que la Méditerranée orientale ne pouvait pas constituer «un terrain de jeu» pour assouvir des «ambitions» nationales.

Ce jeudi 10 septembre, Emmanuel Macron a évoqué le fait qu’il ne considère plus la Turquie comme «un partenaire» en Méditerranée orientale, lors de son discours durant une conférence de presse à Ajaccio.

Dans une interview à Paris Match, le Président français avait précédemment affirmé que la politique menée par Recep Tayyip Erdogan était «une politique expansionniste qui mêl[ait] nationalisme et islamisme, qui n'[était] pas compatible avec les intérêts européens» et était un «facteur de déstabilisation».

Dossier:
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (36)

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
politique, France, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook