International
URL courte
Par
19137
S'abonner

Donald Trump prix Nobel de la paix en 2020? C’est possible! Il a en tout cas été proposé au jury par un élu norvégien de droite. Au micro de Sputnik France, Michel Raimbaud, spécialiste des relations internationales, revient sur la crédibilité de cette candidature et sur celle du prix en lui-même.

C’est une nomination qui a dû faire grincer bien des dents. Christian Tybring-Gjedde, élu norvégien du Parti du progrès (FrP, droite conservatrice), a proposé la candidature de Donald Trump pour le prix Nobel de la paix. Rien n’est encore joué:  l'Institut Nobel norvégien doit encore accepter cette nomination du 45e président des États-Unis avant le 31 janvier 2021, puis statuer sur le plus méritant des nominés. Cette proposition a toutefois le mérite de prendre beaucoup de monde de cours. Surtout quand on sait le caractère sulfureux du personnage.

Est-il un candidat crédible ? Sputnik a posé la question à Michel Raimbaud, ancien diplomate français, ambassadeur en poste dans plusieurs pays et conférencier au Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS).

Prix Nobel pour Barack Obama? «On sait ce que ça a donné…»

Selon lui, Donald Trump mérite au moins autant que son prédécesseur de gagner le prix, sinon plus.

«Barack Obama l’avait obtenu quelques mois après sa prise de fonction et on sait ce que ça a donné… Il a été un président responsable d’innombrables guerres malgré son air bien élevé. Au moins, pour Trump, ça vient après un mandat.»

Une pique à peine masquée contre Barack Obama: usage de drones élevé à un stade industriel, guerres en Syrie, Irak, Afghanistan… Le mandat du 44e président américain a été marqué par la violence. Barack Obama n’avait d’ailleurs pas caché son étonnement après avoir reçu ce prix en octobre 2009, un an après son élection, indiquant qu’il s’agissait d’une «controverse considérable»: «Je suis au début, et non à la fin, de mes travaux sur la scène mondiale», notait le président démocrate.

Le Nobel de la paix, un prix toujours crédible?

Concernant Donald Trump, même si Michel Raimbaud reconnaît certaines vertus à sa politique étrangère, surtout en comparaison de celle de son prédécesseur, il s’interroge sur la pertinence de nommer un président américain à un prix récompensant un leader mondial de la paix:

«C’est vrai que Donald Trump n’a pas déclenché de nouvelle guerre, mais il a entretenu pas mal de guerres invisibles et sans fin.»

En effet, il convient de ne pas occulter l’attitude particulièrement belliqueuse de Donald Trump dans certaines régions du monde. Personne n’a oublié l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, qui aurait pu provoquer une guerre dont personne n’aurait pu prévoir les proportions ou l’issue.

L’actuel président américain a également une attitude particulièrement offensive vis-à-vis de la Chine, et pas uniquement d’un point de vue commercial. Celui-ci envoie régulièrement des porte-avions et autres bâtiments en mer de Chine ou à proximité de la péninsule coréenne.

A contrario, Donald Trump a néanmoins le mérite d’avoir, au moins dans la sémantique, la volonté d’en finir avec les guerres interminables des États-Unis au Moyen-Orient. Il a également tenté de renouer des liens avec la Corée du Nord, réduisant les tensions dans cette région.

«Pas très sûr que ce soit son action qui fasse qu’il est nominé»

Mais le principal fait d’arme que retient l’élu norvégien pour défendre la candidature de Donald Trump au Nobel de la paix reste son rôle dans l’accord de paix signé entre Israël et les Émirats arabes unis. «Que ce soit l'accord de Camp David de 1978 ou celui d'Oslo en 1993, le prix de la paix a été donné aux protagonistes et cet accord est au moins aussi révolutionnaire pour le Moyen-Orient», a-t-il estimé. Un avis que Michel Raimbaud ne partage pas.

Selon notre interlocuteur, cet accord «est une réussite du point de vue des intérêts américains et israéliens. Mais les trois signataires de cet accord ne sont pas des modèles de vertu. Ils sont plus proches du prix Nobel de la guerre que du prix Nobel de la paix.»

Le diplomate n’est d’ailleurs «pas très sûr que ce soit son action qui fasse qu’il est nominé.» Ainsi ironise-t-il sur le fait que «ça doit sûrement faire partie du mandat des présidents américains d’être nominé au prix Nobel de la paix

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
Barack Obama, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook