International
URL courte
Par
9339
S'abonner

Donald Trump a confirmé ce jeudi 10 septembre les plans de son administration visant à retirer de nombreuses unités américaines d'Irak et d'Afghanistan. Il a souligné qu’une grande partie de celles qui étaient présentes en Syrie avaient quitté le pays et que le reste y protégeait les champs pétroliers.

Le Président des États-Unis s’est prononcé sur la réduction de la présence militaire américaine en Irak et en Afghanistan, lors de la conférence de presse organisée ce jeudi 10 septembre.

«Beaucoup de progrès ont été réalisés en Afghanistan. Nous réduirons le nombre de soldats à 4.000 en très peu de temps. De même en Irak, nous allons bientôt abaisser le nombre à 2.000 soldats», a déclaré Trump.

Le Président a mentionné que les militaires américains étaient également déployés en Syrie, mais n'a pas précisé s'ils seraient retirés de ce pays.

«Nous avons en grande partie quitté la Syrie», a répété Trump à deux reprises.

Il a précisé que les militaires américains qui restaient en Syrie y étaient pour protéger des champs pétroliers.

Une promesse sur trois ans

Donald Trump avait précédemment déclaré que les forces de la coalition internationale évacueraient l'Irak sous trois ans. Celle-ci a déjà évacué la majeure partie de son contingent, soulignait-il alors, et seul un petit nombre de militaires demeurent dans le pays.

Les promesses déjà faites par ses prédécesseurs de mettre fin aux guerres en Irak et en Afghanistan ont été l’un des points clés du programme de Trump lors de l’élection présidentielle qu’il a remportée.

Lire aussi:

Au moins 25 morts dans le crash d’un avion de transport militaire An-26 en Ukraine - images
Attaque à Paris: cinq nouvelles gardes à vue en cours, selon une source judiciaire
«Le confinement a tué mon père», déclare Elie Semoun en colère
Tags:
Syrie, militaires, continent, politique, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook