International
URL courte
Par
7148
S'abonner

Plusieurs actes de sabotage ont eu lieu ce vendredi 11 septembre sur des lignes de chemin de fer en Catalogne, affectant la liaison ferroviaire entre l’Espagne et la France. C’est ainsi que des partisans de l’indépendance de la région ont célébré cette date historique.

Ce vendredi 11 septembre, date de l’indépendance de la Catalogne, la circulation des trains dans la région, y compris sur les lignes de TGV Barcelone-Paris et Barcelone-Lyon, a été coupée suite à des actes de vandalisme commis par des indépendantistes catalans pour célébrer la fête nationale.

​La compagnie publique espagnole des chemins de fer (Renfe) a fait état dans la matinée de la coupure du trafic ferroviaire entre Barcelone et Figueras. Comme en témoigne plusieurs photos publiées sur les réseaux sociaux, des indépendantistes ont fait des feux sur certaines lignes.

​Dans la matinée, la circulation a été rétablie, mais certains trains sont partis avec un retard de 30 minutes.

Fête nationale

En raison de l’épidémie de Covid-19, les autorités catalanes ont interdit un grand rassemblement de partisans de l’indépendance de la Catalogne qui avait réuni environ 600.000 personnes l’année dernière. Dans le même temps, les 82 municipalités de cette communauté autonome envisagent d’organiser 107 manifestations à l’occasion de la fête nationale auxquelles participeront environ 50.000 personnes.

Référendum de 2017

Le 1er octobre 2017, lors d’un référendum d'autodétermination, 90% des habitants de la Catalogne se sont prononcés en faveur de l'indépendance de la région. Le taux de participation était de 42%. Toutefois, le gouvernement et le Tribunal constitutionnel d'Espagne ont jugé le référendum illégal.

Le Parlement catalan a proclamé l’indépendance de la région le 27 octobre 2017. Un jour plus tard, le gouvernement espagnol a mis la région sous tutelle, dissolvant le Parlement et démettant le gouvernement régional, dont certains membres ont fui en Belgique. Ceux qui étaient restés ont ensuite été arrêtés. Plusieurs organisateurs du référendum ont été accusés de séparatisme, dont l'ancien président de la généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, qui a quitté l'Espagne.

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Tags:
TGV, Catalogne, France, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook