International
URL courte
Par
2214
S'abonner

Pour renflouer ses caisses, Singapore Airlines prévoit de proposer à ses compatriotes des «vols vers nulle part» d’ici fin octobre, indique Straits Times. Les passagers passeront trois heures à bord pour finalement atterrir à l’aéroport de départ.

Après que Singapore Airlines a été contrainte de supprimer 20% de ses effectifs, la compagnie aérienne envisage de lancer des «vols vers nulle part» pour améliorer ses finances touchées par la pandémie de Covid-19, rapporte Straits Times.

Les passagers pourront embarquer à l’aéroport de Changi pour atterrir… à l’aéroport de Changi. Chaque vol devrait durer environ trois heures. Le lancement de cette campagne est prévu d’ici fin octobre, précise le quotidien.

Le directeur de la compagnie charter Singapore Air Charter s’attend à ce que le projet soit rentable car les résultats d’un sondage mené par son entreprise montrent que 75% des 308 personnes interrogées sont prêtes à payer pour effectuer des «vols vers nulle part».

Crise sans précédent

Le transporteur aérien ne disposant pas d’un réseau national, il est dépendant du trafic international interrompu pendant la crise sanitaire. Ainsi, il a dû emprunter 11 milliards de dollars pour faire face aux conséquences de la pandémie, précise l’AFP.

Récemment, Singapore Airlines a annoncé un plan de suppressions de 4.300 postes, soit le plan social le plus important de la compagnie aérienne depuis sa création.

Plusieurs transporteurs dans le monde, dont EVA Air à Taïwan, ont introduit des «vols vers nulle part» pour tenter de faire face à la chute drastique de la demande de vols constatée ces derniers mois.

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
crise, pandémie, vols, Singapour, Singapore airlines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook