International
URL courte
Par
4129
S'abonner

«Les pires impacts de la crise sur la pauvreté sont encore à venir», estime le rapporteur de l’Onu Olivier De Schutter qui souligne que la pandémie plongera dans la pauvreté 176 millions de personnes supplémentaires.

La pandémie de Covid-19 aboutira à une récession économique sans précédent depuis la Grande Dépression des années 1930, estime Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations unies.

Dans un communiqué, ce dernier estime que le chiffre des personnes tombées dans la pauvreté extrême augmentera de 176 millions, soit une hausse de 2,3% en comparaison à un scénario sans pandémie.

«Les mesures prises jusqu’à présent sont généralement de court terme, leur financement est insuffisant, et de nombreux groupes de la population ne pourront en bénéficier», ajoute-t-il.

Prendre des mesures plus décisives

Il constate que toutes les personnes ne pourront pas profiter de certains dispositifs de protection sociale en raison de leur nombre, en raison de l’absence d’accès à Internet ou encore en raison de l’analphabétisme numérique et appelle les États à prendre des mesures plus décisives afin d’éradiquer la pauvreté et les inégalités. Surtout parce qu’une crise sérieuse est inévitable et que ses conséquences auront un impact sur l’humanité.

«Les familles en situation de pauvreté ont depuis longtemps épuisé leurs maigres réserves, et ont vendu leurs biens pour faire face», estime-t-il, ajoutant que «les pires impacts de la crise sur la pauvreté sont encore à venir».

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
pandémie, pauvreté, ONU
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook