International
URL courte
106015
S'abonner

Devenu le quatrième pays arabe à normaliser ses relations avec l’État hébreu, Bahreïn a été accusé ce 12 septembre par Téhéran d'être désormais «complice des crimes» d'Israël au lendemain de l'annonce d'un accord de normalisation des relations entre les deux pays, indique l'AFP.

L'Iran a accusé ce 12 septembre Bahreïn d'être désormais «complice des crimes» d'Israël au lendemain de l'annonce d'un accord de normalisation des relations entre les deux pays.

«Les dirigeants de Bahreïn seront désormais complices des crimes du régime sioniste, comme une menace constante pour la sécurité de la région et du monde musulman», a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué.

 «Une percée historique»

Donald Trump a annoncé vendredi 11 septembre que Bahreïn et Israël allaient normaliser leurs relations, un mois après l'accord historique entre les Émirats arabes unis et l'État hébreu. «Encore une percée historique aujourd'hui!», a écrit sur Twitter le locataire de la Maison-Blanche. 

Dans la foulée, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a confirmé cette annonce.

Dans le communiqué commun entre les États-Unis, Israël et Bahreïn, qui n'a pas tardé à suivre, les dirigeants des trois pays ont annoncé l'établissement de relations diplomatiques entre Israël et le royaume de Bahreïn.

Cet accord fera des Émirats arabes unis et de Bahreïn les troisième et quatrième pays arabes à établir des liens diplomatiques avec l'État hébreu, après les traités de paix conclus avec l'Egypte (1979) et la Jordanie (1994).

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
accord, Iran, Israël, Bahreïn
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook