International
URL courte
Par
228914
S'abonner

Condamnant l'établissement de relations diplomatiques entre Bahreïn et Israël, les gardiens de la Révolution iranienne ont promis aux autorités du royaume des réponses appropriées à cet acte jugé comme une «trahison».

La décision de Bahreïn de conclure un accord de paix avec l’État hébreu a indigné les gardiens de la Révolution iranienne qui assurent que cet acte ne restera pas sans conséquence pour le royaume.

«Le tyran qui dirige Bahreïn doit s’attendre à une vengeance sévère des moudjahidines [combattants islamiques, ndlr] désireux de libérer Al-Qods [Jérusalem, ndlr] et de la fière nation musulmane de ce pays», indique leur communiqué cité par le site Sepah News.

Ils dénoncent «l'acte honteux» des dirigeants de Bahreïn qui ont établi des relations avec «le régime sioniste» contre la volonté du peuple musulman du pays. Cette «trahison» entraînera des réponses appropriées, soulignent-ils.

Plus tôt dans la journée, la diplomatie iranienne a également accusé Bahreïn d'être désormais «complice des crimes» d'Israël.

«Percée historique»

Vendredi 11 septembre, le Président Donald Trump a annoncé que Bahreïn et Israël allaient normaliser leurs relations, un mois après l'accord historique entre les Émirats arabes unis et l'État hébreu. Le locataire de la Maison-Blanche a notamment qualifié l’accord de paix conclu entre les deux pays de «percée historique».

Confirmé par le Premier ministre Benyamin Netanyahou, l’accord a été fustigé le même jour par le mouvement Hamas et l'Autorité palestinienne. Cette dernière a dénoncé un «coup de poignard dans le dos de la cause palestinienne».

Lire aussi:

Brûler vif une personne n’a pas été reconnu comme un acte barbare par la cour d’assises de Douai
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Tags:
traité de paix, Conseil des gardiens de la constitution iranien, Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), Israël, Bahreïn, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook