International
URL courte
Par
Alexandre Loukachenko sous pression après la présidentielle (12)
71512
S'abonner

Les manifestations en cours en Biélorussie sont favorisées par ses voisins les plus proches, la Pologne et la Lituanie, ainsi que l'Union européenne dans son ensemble, affirme le chef du département de la coopération militaire internationale de la Défense biélorusse Oleg Voïnov.

Le ministère biélorusse de la Défense a affirmé que la Pologne et la Lituanie étaient impliquées dans la «déstabilisation» du pays alors que celui-ci est secoué par une vague de manifestations consécutive à l'élection présidentielle du 9 août dernier.

«Des mesures entreprises pour déstabiliser la situation dans le pays, attiser les tensions dans l'espace informationnel, provoquer des désordres ont abouti à une forte montée des tensions dans les rapports interétatiques. L'Union européenne dans son ensemble et nos voisins les plus proches, la Pologne et la Lituanie, y ont apporté leur contribution», a estimé Oleg Voïnov, chef du département de la coopération militaire internationale du ministère biélorusse de la Défense.

Dans une publication sur le site du ministère biélorusse de la Défense, il affirme que les mesures en question visent à provoquer la scission dans l'Union de la Russie et la Biélorussie.

«Des hommes politiques d'Ukraine, notre pays frère, se sont joints aux dirigeants des pays en question [Pologne et Lituanie, ndlr] cherchant à se présenter comme médiateurs dans le règlement en Biélorussie et à "suggérer" aux dirigeants de notre pays des avancées "correctes et efficaces" dans cette direction. Les actions et les déclarations de nos voisins ne poursuivent qu'un seul but: provoquer la scission au sein de l'Union [de la Russie et de la Biélorussie, ndlr] et la rupture de nos relations dans tous les domaines», constate l'officiel.

Il rappelle à ce propos que de l'avis de nombreux hommes politiques et analystes, «le scénario ukrainien de 2014» est observé dans les développements en Biélorussie.

Situation en Biélorussie

D’importantes manifestations ont débuté dans l’ensemble de la Biélorussie le 9 août, après que l’opposition a contesté les résultats de l’élection remportée, selon les données officielles, par le Président sortant Alexandre Loukachenko qui a totalisé 80,1% des voix. Dans les premiers jours, les actions ont été réprimées par les forces de l’ordre avec utilisation de gaz lacrymogènes, canons à eau, grenades assourdissantes et balles en caoutchouc. Par la suite, la police a cessé son recours à la force pour disperser les rassemblements.

Selon les données officielles, plus de 6.700 personnes ont été interpellées dans les premiers jours. Le ministère de l’Intérieur a pour sa part fait état de plusieurs centaines de blessés, dont près de 130 membres des forces de l’ordre. Les autorités ont officiellement confirmé la mort de trois manifestants.

Un mois après les élections, les actions de protestation se poursuivent dans diverses villes de la Biélorussie, aussi bien en semaine que le week-end. Les partisans d’Alexandre Loukachenko tiennent eux aussi des rassemblements.

Dossier:
Alexandre Loukachenko sous pression après la présidentielle (12)

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Lituanie, Pologne, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook