International
URL courte
Par
132915
S'abonner

Les États-Unis bloquent l’importation de plusieurs produits fabriqués par le «travail forcé» des Ouïghours en Chine. Une décision saluée par les ONG. Mais sous des airs humanistes, se cacherait en fait l’opportunisme des États-Unis, selon Ali Laïdi, cofondateur de l’École de Pensée sur la Guerre Économique (EPGE). Entretien.

Les sanctions économiques américaines continuent à pleuvoir sur la Chine. Au début du mois de septembre, les États-Unis ont décidé de bloquer l’importation du coton et de tomates, étendu ce 14 septembre à d’autres produits en provenance de la région du XianJiang, où près d’un million de Ouïghours seraient internés dans des camps, dans le cadre d’une campagne d’antiterrorisme. Si Pékin dément tout mauvais traitement, les témoignages et les enquêtes faisant acte d’une persécution d’ampleur contre la communauté ouïghoure mettent la Chine à l’index.

Pourtant, la problématique des Ouïghours est connue depuis de nombreuses années. Ainsi la décision de Washington refléterait-elle «un opportunisme de premier niveau», selon Ali Laïdi, Docteur en science politique et cofondateur de l’École de Pensée sur la Guerre économique (EPGE).

Ces nouvelles sanctions ravivent les tensions entre les deux puissances, sur fond d’une guerre économique qui dure depuis janvier 2018 et les premières taxes douanières sur les machines à lever et les panneaux solaires décidées par Donald Trump. Pour Ali Laïdi, rien d’étonnant à l’approche des élections présidentielles américaines de novembre prochain, car s’il y a bien une chose qui rassemblerait Républicains et Démocrates, c’est d’empêcher la contestation du leadership mondial aux Américains.

«Au final, que ce soit Biden ou Trump, ils reviendront tous à une politique un peu moins déclaratoire et un peu plus réaliste vis-à-vis de la Chine, mais toujours avec le même objectif: empêcher la Chine de devenir la première puissance économique mondiale.»

Après des mois de silence, Emmanuel Macron s’est finalement décidé, le 6 septembre, à condamner le traitement des Ouïghours, dans un courrier adressé à 30 députés français, qualifiant les pratiques de Pékin d’«inacceptables». Là aussi, Ali Laïdi constate un opportunisme de la France, mais également de l’Europe.

Alors, doit-on s’attendre à des sanctions économiques similaires à celles prises par les États-Unis? D’après Ali Laïdi, la problématique qui se pose est avant tout stratégique, puisque les intérêts américains diffèrent des intérêts européens en ce qui concerne la Chine.

«Il faut espérer que l’Europe ne fasse pas que s’aligner derrière Washington dans cette bataille titanesque d’un point de vue économique», s’inquiète Ali Laïdi.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
ouïghours, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook