International
URL courte
Par
2410
S'abonner

Brandquad, une start-up russe, s’établit en France pour se rapprocher de ses clients européens et américains. Ses jeunes fondateurs expliquent à Sputnik l’attractivité du réseau de distribution et du potentiel scientifique et technologique hexagonal pour une entreprise de data management.

La start-up Brandquad, société russe de data management implantée à Lille (EuraTechnologies) et Paris (Lafayette Plug and Play), aide producteurs, détaillants et vendeurs à contrôler et diffuser les données sur leurs produits. Installé en France en décembre 2019 avec un effectif initial de quatre personnes réparties sur deux villes, et annonçant un objectif d’une quarantaine de salariés d’ici deux ans, Brandquad emploie aujourd’hui douze collaborateurs.

Une installation en France «logique»

L’installation dans l’Hexagone est la suite logique du développement de la compagnie. Comme le précise à Sputnik Philippe Denissov, fondateur et directeur général de Brandquad, «L’Oréal a été notre premier client au moment de la création de l’entreprise en Russie il y a cinq ans». Depuis, une grande partie de ses clients viennent des réseaux de distributions français.

«Aujourd’hui, nous avons 170 employés et plus de 100 grandes entreprises internationales en tant que clients. Nous avons six représentations à travers la Russie, Dubaï et la France», détaille Philippe Denissov au micro de Sputnik. 

Si le jeune et dynamique directeur général admet que «le commerce de proximité et la vente de produits culturels fait partie du paysage français», il juge que «pour les produits de première nécessité, la vente en ligne est une bonne chose pour ne pas perdre de temps».

«En période de crise liée au Covid, ça a été une possibilité absolument unique de s’approvisionner. En plus, maintenant, le e-commerce permet la communication avec des consultants ou avec d’autres acheteurs», explique Philippe Denissov.

Les mesures de restrictions économiques à l’encontre la Russie ne font pas peur au chef d’entreprise, bien qu’il s’avère selon lui «plus difficile d’être une start-up russe que d’un autre pays». Sa recette pour tenir le coup? «Il suffit d’avoir un but et de voir clairement sa mission» pour que «le business, l’efficacité et la créativité surmontent toutes les obstacles politiques».

Travailler dans l’interculturalité

Antony Despers-Ottavi, le directeur du développement de Brandquad, assure que l’entreprise «transfrontalière» est attachée à «la richesse culturelle de l’équipe» et souligne que les distances culturelle, géographique et technologique entre les différentes filiales à travers le monde rendent l’activité «particulière».

«Notre succès est en partie dû au fait que nous avons aidé des talents russes en leur donnant la possibilité de venir travailler en France pour apporter l’expertise qu’ils ont acquis au sein de Brandquad en Russie», assure Antony Despers-Ottavi auprès de Sputnik.

Ainsi, pour le directeur du développement, les Russes arrivent avec leurs valeurs spécifiques pour les «implanter» en France, où ils sont «entourés de professionnels européens et français qui sont plus au faits des problématiques locales, et qui permettent aux clients de s’identifier à Brandquad».

«Nous ne voulons pas être identifiés par notre origine russe, même si c’est une bonne chose en terme de discipline, d’innovation et d’adoption des nouvelles technologies. Nous voulons être identifiés par la qualité de notre travail et par notre capacité à apporter de la valeur ajoutée», clame Antony Despers-Ottavi.

C’est d’ailleurs l’une des raisons de cette installation à Lille, un lieu «culturellement compatible» selon les fondateurs. Pour le directeur du développement, l’implantation en France permet également à Brandquad de «rayonner plus loin que l’Europe et de toucher les États-Unis». Malgré la crise mondiale et la «réalité économique», marquée par la récente dépréciation du rouble et son «impact très concret sur la trésorerie» de la start-up, l’équipe s’efforce de «rester dans le cœur du métier».

Le club «Nouveaux horizons », une pépinière de business

La start-up a présenté ses nouvelles idées à de potentiels partenaires grâce à l’invitation du club «Nouveaux horizons» à Paris, qui organise des rencontres professionnelles au siège de la Représentation commerciale de la Russie en France. L'association, fondée en juillet 2019 et présidée par Irina Parisot, surfe sur le désir des hommes d’affaires français de s’implanter sur le marché russe. Elle aide aussi les petites et moyennes entreprises qui ne disposent pas toujours d’informations fiables sur le climat des affaires en Russie, à pénétrer ce marché.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Affaire Navalny: Moscou dénonce une «opération» secrète menée par l'OIAC
Tags:
Chambre de commerce et d'industrie de Russie, commerce, e-commerce, Russie, France, start-up
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook