International
URL courte
Par
101036
S'abonner

«Le coronavirus est aujourd'hui la première menace mondiale pour la sécurité dans notre monde», a estimé le secrétaire général de l’Onu le 16 septembre lors d'une conférence de presse. Selon lui, un vaccin ne résoudra pas la crise mondiale engendrée.

La pandémie de coronavirus reste «hors de contrôle», a déclaré le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres lors d'une conférence de presse à New York le 16 septembre.

Il a avancé que le monde franchira «le plus sombre des jalons: un million de vies perdues à cause du virus».

«La pandémie de Covid-19 est une crise qui ne ressemble à aucune autre dans notre vie et la session de l’Assemblée générale ne sera donc pas comme les autres cette année», a ajouté M.Guterres.

En outre, lors de son discours, le secrétaire général a qualifié la pandémie de «menace numéro un» pour la sécurité mondiale.

Antonio Guterres a ainsi exhorté la communauté internationale à se rassembler pour vaincre le virus, soulignant qu'un vaccin à lui seul ne peut résoudre la crise mondiale liée à la maladie.

Le besoin d’un vaccin «populaire»

À partir de maintenant, tout vaccin «doit être considéré comme un bien public mondial», estime le secrétaire général de l’Onu, car le Covid-19 ne respecte aucune frontière. «Nous avons besoin d’un vaccin abordable et accessible à tous, un vaccin populaire», insiste-t-il.

«Nous devons développer massivement les outils nouveaux et existants qui peuvent répondre aux nouveaux cas [d’infection, ndlr] et fournir des traitements vitaux pour stopper la transmission et sauver des vies, en particulier au cours des 12 prochains mois», préconise-t-il.

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
menace, pandémie, Covid-19, Antonio Guterres, ONU
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook