International
URL courte
Par
10592
S'abonner

Une publication de la NBC évoquant le fait que les États-Unis «arment les unités ukrainiennes combattant les forces russes en Crimée» a attiré l’attention de l’ambassade de Russie qui a exigé que Washington explique s’il a aidé directement ou indirectement le Service de sécurité d'Ukraine «à organiser des attaques terroristes» en Crimée.

L’ambassade de Russie à Washington a exprimé sur sa page Facebook sa profonde préoccupation suite à la publication parue dans les pages de la NBC qui évoque le soutien fourni par les États-Unis aux «unités ukrainiennes» en Crimée.

Dans la publication accompagnée de captures d’écran, la mission diplomatique souligne que, dans le reportage en question, des officiels américains -dont le nom n’est pas divulgué- affirment que leur pays soutient «les activités terroristes dans les pays tiers», notamment en Russie.

«Si c’est vrai (et non [dû à] la myopie géographique de la chaîne) nous exigeons que la partie américaine explique si Washington a aidé directement ou indirectement le SBU [Service de sécurité d'Ukraine, ndlr] à organiser des attaques terroristes contre les gens en Crimée», écrit l’ambassade.

Les «unités ukrainiennes» sont évoquées par la chaîne dans le contexte des rumeurs sur les prétendus prix versés par la Russie aux Talibans* pour tuer des soldats américains. La NBC dans sa publication avance notamment l’idée selon laquelle ces primes seraient «une réponse proportionnelle de la Russie aux États-Unis qui arment les unités ukrainiennes combattant les forces russes en Crimée».

Aussi bien Moscou que la Maison-Blanche ont déjà démenti les rumeurs sur l’existence de ces primes.

* Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
Russie, Ukraine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook