International
URL courte
Par
11704
S'abonner

Dans la nuit du 19 au 20 septembre les États-Unis ont proclamé unilatéralement le retour des sanctions de l’Onu contre l’Iran. La Russie dénonce une tentative de Washington pour «subordonner le Conseil de sécurité» à sa politique de «pression maximale».

Les États-Unis continuent de tromper la communauté internationale en spéculant sur le rétablissement des sanctions contre l'Iran, est-il indiqué dans un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

«Les États-Unis continuent d'induire la communauté internationale en erreur en spéculant sur l'achèvement au Conseil de sécurité de l'Onu de certaines procédures visant à rétablir les sanctions du Conseil annulées après la conclusion en 2015 du Plan d’action global commun (PAGC)», indique le communiqué.

Selon Moscou, le Conseil de sécurité de l’Onu n’a pris aucune mesure qui conduirait à la reprise des sanctions précédentes contre l'Iran.

«Tout ce que Washington fait n'est rien de plus qu'une mise en scène théâtrale afin de subordonner le Conseil de sécurité à sa politique de ”pression maximale“ sur l’Iran et de transformer cet organisme respecté en son outil pratique», ajoute-t-il.

«Beaucoup de bruit pour rien»

Washington a unilatéralement proclamé dans la nuit du 19 au 20 septembre que les sanctions des Nations unies contre l’Iran étaient à nouveau en vigueur et a promis de punir ceux qui les violent. 

«Si des États membres de l'Onu ne remplissent pas leurs obligations pour appliquer ces sanctions, les États-Unis sont prêts à utiliser leurs propres outils pour punir ces défaillances», a prévenu Mike Pompeo.

Après cette déclaration, l'Iran a appelé le monde à «parler d'une seule voix» contre ces «actions irresponsables».

«Le monde entier dit que rien ne s'est passé. Cela s'est simplement passé dans le monde imaginaire» du secrétaire d'État américain Mike Pompeo, a relevé Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. «C'est beaucoup de bruit pour rien et je pense que ce sont les jours et les heures les plus amers des États-Unis».

Lire aussi:

Troisième confinement: «La France est le pays des révolutions» et «on est à la limite», lance Philippot
Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
Un quadragénaire tue un chien du GIGN qui riposte et l’abat à son tour
Le professeur Raoult s’en prend au gouvernement et au Conseil de l’Ordre des médecins
Tags:
Conseil de sécurité de l'Onu, sanctions, États-Unis, Russie, ONU, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook