International
URL courte
Par
4160
S'abonner

Après que les États-Unis ont imposé lundi 21 septembre des sanctions unilatérales contre l'Iran, le ministre iranien des Affaires étrangères a estimé qu'elles ne représentaient «rien de nouveau» et auraient peu d'impact sur son pays.

Intervenant lundi lors d'une conférence virtuelle organisée par le cercle de réflexion Council on Foreign Relations, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a évalué les conséquences des nouvelles sanctions américaines en les jugeant de peu d'importance.

«Il n'y a rien de nouveau. Je ne pense pas que cela aura pour l'Iran des conséquences plus importantes qu'auparavant», a-t-il affirmé.

Il a ajouté que «les États-Unis ont déjà mis toute la pression qu'ils pouvaient sur l'Iran» sans réussir à mettre les Iraniens «à genoux».  

Lundi 21 septembre, les États-Unis ont imposé des sanctions unilatérales contre 27 personnes ou entités iraniennes via un nouveau décret présidentiel et officiellement au nom du respect de sanctions de l'Onu contre Téhéran, pourtant contestées par le reste du monde.

Les sanctions sont de «retour»

Annonçant le retour des sanctions anti-iraniennes le 20 septembre, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a menacé d'actions unilatérales tous les pays qui ne respecteraient pas les «engagements» relatifs à la réalisation de ces mesures.

«Mon gouvernement utilisera tous les moyens à sa disposition pour bloquer les ambitions iraniennes en matière d'armes nucléaires, balistiques et conventionnelles», a prévenu Donald Trump.

Les États-Unis ont annoncé que «toutes les sanctions de l'Onu contre la République islamique d'Iran», levées suite à l'adoption de l'accord sur le nucléaire iranien, étaient de «retour».

Lire aussi:

Cette question sur Napoléon fait éclater de rire Élisabeth Moreno – vidéo
Washington en train de préparer des cyberattaques contre la Russie, selon le New York Times
La lettre d’un violeur publiée par Libé en Une pour la Journée des droits des femmes suscite de vives réactions
Tags:
sanctions, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook