International
URL courte
Par
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (110)
27339
S'abonner

Paris examine une demande des autorités judiciaires russes sur les examens réalisés en France validant la thèse d'un empoisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny, mais la priorité reste que Moscou fasse la lumière sur les faits, a déclaré mardi le gouvernement.

«Nous avons reçu une sollicitation de la part de la Russie. Elle est en cours d'examen», selon le ministère des Affaires étrangères.

Mais «la priorité reste que la Russie fasse toute lumière sur les circonstances et les responsabilités derrière la tentative d'assassinat qui s'est déroulée sur son territoire à l'encontre d'un membre de l'opposition politique russe au moyen d'un agent neurotoxique de qualité militaire, appartenant à une famille d'agents développée par la Russie», ajoute la porte-parole du ministère citée dans le communiqué.

L'Allemagne, où a été transféré M. Navalny pour y être soigné, a demandé à deux pays européens, la Suède et la France, de vérifier ses propres recherches concluant à un empoisonnement de l'opposant au Novitchok.

Affaire Navalny

Victime d'un malaise au cours d'un vol en Russie le 20 août, Alexeï Navalny a d'abord été admis dans un établissement sibérien avant d'être transféré en Allemagne, où il a été conclu à un empoisonnement au Novitchok, une substance neurotoxique.

Moscou a rejeté cette possibilité, malgré les conclusions en ce sens de laboratoires allemands, français et suédois.

Dossier:
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (110)

Lire aussi:

Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook