International
URL courte
Par
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (107)
161158
S'abonner

Le porte-parole du Kremlin a qualifié d'«inexactes» les informations du Monde sur l'échange entre les Présidents russe et français au sujet de Navalny, soulignant qu'il doute que l'Élysée ait fait fuiter le contenu de la conversation.

Un journal français ne peut avoir des informations précises sur le contenu de la conversation entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, a déclaré aux journalistes Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, suite à la publication par Le Monde de plus de détails sur l’échange entre les deux leaders concernant l’affaire Navalny.

La Russie ne pense pas que l'Élysée a divulgué la conversation au média, a déclaré le responsable.

«Le journal n'est pas tout à fait exact dans les formulations. Et en toute honnêteté, cela pourrait difficilement être exact, sinon cela signifierait que nos partenaires français ont délibérément partagé avec les médias l'enregistrement de la conversation entre les deux Présidents, ce qui n'est pas tout à fait conforme à la pratique diplomatique. Mais c'est la France. La France ne peut pas faire ça. Nous ne voulons même pas y croire», a déclaré M.Peskov.

Article en question

Le 22 septembre, Le Monde a publié un article sur l’échange Poutine-Macron au sujet d’Alexeï Navalny. Citant ses sources, le journal a rapporté que Vladimir Poutine avait suggéré d'attirer l'attention sur d'autres versions de l'incident avec Alexeï Navalny, qui selon Berlin et Paris a été empoisonné. Une piste menant à la Lettonie où vit l'un des créateurs de Novitchok a notamment été évoquée.

Poutine et Macron souvent en désaccord

Les Présidents russe et français sont souvent en désaccord parce qu’ils défendent les intérêts de leur pays, mais cela n'empêche pas d'avoir un dialogue constructif, a déclaré le porte-parole.

«Le Président Poutine et le Président Macron sont souvent en désaccord, ils ne le cachent jamais, défendent les intérêts de leur pays, parlent beaucoup, cela n'empêche pas leur dialogue d'être constructif, efficace et de pertinent», a déclaré M.Peskov.

Si M.Macron a des accusations directes contre la Russie ou le Président russe dans le contexte de l’affaire Navalny, «alors, bien sûr, nous sommes catégoriquement en désaccord avec cela», a souligné M.Peskov.

«Mais dans le même temps, nous ne voyons aucune accusation directe et nous n'aimerions pas en voir», a-t-il ajouté.

Dossier:
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (107)

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Tags:
Vladimir Poutine, Emmanuel Macron, Le Monde, Kremlin, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook