International
URL courte
Par
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (95)
3216
S'abonner

«Ce n'est pas une scène d'un film d'action, juste une soirée ordinaire à Minsk». Ayant repéré un manifestant poursuivi par les forces de l’ordre, un chauffeur de taxi s’est arrêté et l’a aidé à les semer.

Le 23 septembre, une manifestation s’est tenue à Minsk contre l'investiture secrète d'Alexandre Loukachenko au poste de Président. Un évènement inédit a eu lieu.

L'un des héros de cette journée a été un chauffeur de Yandex.Taxi qui a aidé un manifestant à Minsk à échapper aux forces de l’ordre qui lui couraient après pour l’interpeller.

Un jeune homme fuyant les forces spéciales a sauté dans un taxi blanc. Le conducteur du véhicule a alors brusquement accéléré, évitant de peu une collision avec une autre voiture grâce à un écart sur la gauche, se retrouvant en sens inverse, avant de contourner d'autres voitures pour prendre la fuite.

Un passant a filmé la scène.

«Un chauffeur de taxi sauve un manifestant poursuivi. Ce n'est pas une scène d'un film d'action, juste une soirée ordinaire à Minsk», écrit l’internaute qui a relayé la scène sur Twitter.

Cérémonie secrète d’investiture

Des manifestations se sont déroulées mercredi 23 septembre en Biélorussie en réaction à l’investiture du Président Alexandre Loukachenko. La cérémonie s’est tenue dans la journée à Minsk mais les autorités n'en avaient informé personne. Cela étant, des appels à descendre dans la rue ont été lancés sur les chaînes Telegram de l’opposition.

L'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme Président malgré cette prestation de serment inattendue, pointant son «manque de toute légitimité démocratique», et «réexamine ses relations» avec Minsk, a indiqué ce jeudi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Dossier:
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (95)

Lire aussi:

La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
«Auteurs intellectuels» de l’attentat de Conflans: qui sont-ils?
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
police, fuite, manifestation, Minsk
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook