International
URL courte
Par
6640
S'abonner

Un couple de Français a déclenché une nouvelle vague de Covid-19 en Islande après avoir violé les règles de son confinement. Testés positifs, ils auraient infecté au moins 100 personnes dans un pub et un restaurant.

Deux Français sont à l’origine d’une nouvelle vague de contamination au coronavirus en Islande, rapporte le média Visir.

Selon la source, un couple de Français a violé la réglementation, refusant de rester confiné alors qu’il s’est avéré qu’ils étaient tous les deux positifs au Covid-19.

Les faits remontent à mi-août, indique le média. Pour l’instant, le pays attribue à ces Français la contamination d’au moins 100 personnes.

Deux foyers d’infection

En outre, Visir précise que 196 personnes ont été testées positives au coronavirus au cours de ces cinq derniers jours. La moitié d’eux s’était rendue dans un pub et un restaurant du centre-ville de la capitale islandaise Reykjavik.

D’après les premières études épidémiologiques, c’est la souche française, transmise par le couple, qui a contaminé les clients de ces deux établissements et qui représente pour l’instant la majorité des cas en Islande.

Pour avoir enfreint l’isolement, les deux Français encourent une amende de 150.000 à 250.000 ISK, soit 900 à 1.500 euros, souligne le média.

Le couple a expliqué aux autorités qu’il avait mal compris les règles relatives à la quarantaine et ne sera pas condamné, selon le média local Grapevine.

Depuis le début de l’épidémie, plus de 2.560 personnes ont été infectées par le coronavirus en Islande, dont 10 sont décédées, d’après le dernier bilan de l’université John Hopkins.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
contamination, vague, Français, Covid-19, Islande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook