International
URL courte
Par
71623
S'abonner

Incapable de former un nouveau gouvernement, condition imposée par Macron pour que la France organise une conférence de soutien au Liban, le Premier ministre libanais désigné a présenté sa démission ce 26 septembre.

Après avoir essayé de former un nouveau gouvernement pendant près d’un mois, le Premier ministre libanais désigné Mustapha Adib a démissionné ce 26 septembre.

Une déclaration survenue lors de son allocution télévisée suite à une réunion tenue avec le Président Michel Aoun.

Selon ses dires, il a pris cette décision après avoir réalisé que ses efforts seront vains et s’en est excusé.

M.Adib a également expliqué sa démission par le fait que les différents camps politiques n’aient pas rempli sa condition, notamment l'absence de politisation dans la formation d’un gouvernement.

Il a souligné que le Liban ne devrait pas abandonner l’initiative d’Emmanuel Macron visant à soutenir le pays.

Exigences de Macron

Fin août, Mustapha Adib a été désigné au poste du Premier ministre. Lors de sa visite à Beyrouth le 1er septembre, Emmanuel Macron a promis d’organiser en octobre une conférence de soutien au Liban si le pays arrivait à former un nouveau gouvernement dans un délai de quinze jours.

Paris a également déclaré qu’en cas d’absence de réformes réelles, la France n’accordera plus d’aides au pays et refusera de remplir sa mission d’intermédiaire au niveau international. De plus, le Président français n’a pas exclu la mise en place d’éventuelles sanctions contre des hommes politiques libanais dont les actes entravent l’amélioration de la situation.

Auparavant, le Président libanais avait déclaré que le pays, plongé dans une crise profonde, irait «en enfer» si un gouvernement n’était pas formé. Selon lui, il n’y avait «aucune solution à un horizon proche».

Le gouvernement libanais a démissionné à la suite de l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth le 4 août qui a fait plus de 190 morts et 6.500 blessés, ravageant des quartiers entiers de la capitale.

Lire aussi:

«Pas que ça à faire»: un policier traîné sur plusieurs mètres par un automobiliste à Agen
Interpellé à 249 km/h sur l'autoroute, il explique être prêt à tout pour respecter le couvre-feu
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
crise, gouvernement, démission, Emmanuel Macron, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook