International
URL courte
Par
259552
S'abonner

Une vidéo intitulée «Destruction de chars azerbaïdjanais» a été publiée par le ministère arménien de la Défense, alors que des affrontements entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises ont éclaté aux premières heures de ce dimanche matin le long de la ligne de contact du Haut-Karabakh.

Le ministère arménien de la Défense a relayé une vidéo du bombardement de chars azerbaïdjanais sur la ligne de contact dans le Haut-Karabakh.

La brève séquence publiée sur YouTube et intitulée «Destruction de chars azerbaïdjanais» montre au moins deux chars de combat touchés, alors que les panaches de fumée rendent problématique une évaluation des dégâts infligés.

Nouvelle escalade des tensions

Ce 27 septembre, le porte-parole du Président du Haut-Karabakh, Vahram Poghosyan, a rapporté que des localités pacifiques ainsi que la capitale Stepanakert avaient été soumises à des tirs d'artillerie par la partie azerbaïdjanaise. Le ministère de la Défense du Haut-Karabakh a annoncé avoir détruit quatre hélicoptères, 15 drones et 10 chars de l’Azerbaïdjan.

La partie arménienne a par ailleurs rapporté avoir abattu deux hélicoptères et trois drones azerbaïdjanais.

Conflit depuis près de 30 ans

Le conflit pour le contrôle de la zone du Haut-Karabakh court entre les deux pays depuis près de 30 ans. La région azerbaïdjanaise avait unilatéralement proclamé son indépendance en 1991, avec le soutien de l’Arménie.

Les tensions entre les deux pays se sont notamment intensifiées à la suite d’une escarmouche du 12 juillet ayant fait deux morts dans les rangs de l’armée azerbaïdjanaise, selon les éléments présentés par Bakou.

Lire aussi:

L'assassinat de Samuel Paty, une autre pomme de discorde entre la France et la Turquie
Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Tags:
tensions, destruction, char, Haut-Karabakh, Azerbaïdjan, Arménie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook