International
URL courte
Par
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)
18209
S'abonner

Sur le plateau de France Inter l‘ambassadrice d'Arménie en France a rappelé que ces derniers mois Ankara avait renforcé sa présence militaire en Azerbaïdjan ce qui «encourage» Bakou lors des tensions dans le Haut-Karabakh et «rend la situation sur place extrêmement préoccupante».

En commentant ce 28 septembre sur France Inter l’escalade des tensions dans le Haut-Karabakh, l'ambassadrice d'Arménie en France, Hasmik Tolmajyan, a affirmé que le soutien turc «rend la situation sur place extrêmement préoccupante».

«L’Azerbaïdjan, dans cette aventure, est fortement encouragé par la Turquie qui lui fournit un soutien à la fois politique et militaire inconditionnel».

Ainsi, l‘ambassadrice a rappelé qu’Ankara avait renforcé sa présence militaire en Azerbaïdjan pendant ces derniers mois:

«Les deux pays avaient d'ailleurs organisé des manœuvres militaires conjointes de très, très grande ampleur début août. Par ailleurs, après ces manœuvres, Ankara n'a toujours pas rapatrié ses chasseurs F-16 en les laissant à la disposition de l'Azerbaïdjan», a-t-elle expliqué.

La Turquie assure à l’Azerbaïdjan son «soutien total»

Le ministère turc des Affaires étrangères a condamné le 27 septembre les actions de l'Arménie envers l'Azerbaïdjan dans la région du Haut-Karabakh et s'est déclaré prêt à lui apporter son «soutien total» sous la forme souhaitée.

Erevan appelle Paris à ne pas laisser Ankara s’immiscer dans le conflit

Le service de presse de l’Élysée a annoncé le 27 septembre qu’Emmanuel Macron s’était entretenu avec le Premier ministre arménien et qu’il avait «fermement» appelé «à la cessation des hostilités».

«Chacun connaît la proximité de la France avec le peuple arménien. Il doit retrouver la paix au plus vite. La France sera toujours à ses côtés», a fait savoir la présidence française citée par Reuters.

Lors de cet entretien téléphonique, Nikol Pachinian a attiré l’attention du Président sur «l’attitude extrêmement partisane et agressive de la Turquie et la nécessité de prévenir une éventuelle ingérence de ce pays».

Escalade des tensions dans le Haut-Karabakh

Dimanche 27 septembre, de nouvelles tensions ont éclaté dans la République autoproclamée du Haut-Karabakh. Selon ses autorités, des agglomérations ainsi que la capitale Stepanakert ont été visées par des tirs d'artillerie qui ont fait des morts et des blessés parmi la population civile.

De son côté, la partie azerbaïdjanaise a déclaré avoir lancé une «contre-offensive» après que les forces armées arméniennes ont attaqué des localités.

Plus tard dans la journée, la loi martiale a été décrétée en Arménie ainsi que la mobilisation générale. L’Azerbaïdjan a également introduit la loi martiale dans certaines parties de son territoire.

Tensions entre la France et la Turquie en Méditerranée orientale

Dans le cadre des tensions croissantes entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée à cause des recherches d'hydrocarbures, la France a soutenu la Grèce en renforçant ses effectifs dans la région, déployant notamment deux navires supplémentaires et plusieurs chasseurs Rafale en Crète. Emmanuel Macron a invité l’Europe à se montrer «ferme» face à la Turquie.

Le ton entre les deux pays est surtout monté lorsque le chef de l'État français a déclaré que «le peuple turc qui est un grand peuple mérite autre chose», dans une apparente allusion aux actions du gouvernement turc et leurs conséquences.

M. Erdogan a aussi accusé jeudi les pays de la région méditerranéenne et l'Union européenne de tendre «des pièges» à la Turquie et d'avoir leurs propres «calculs».

Dossier:
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)

Lire aussi:

Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
Tags:
tensions, Arménie, Azerbaïdjan, Haut-Karabakh, Turquie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook