International
URL courte
Par
0 80
S'abonner

Le chef de la diplomatie émiratie, Anwar Gargash, a estimé sur Twitter que les accusations du ministre qatari de la Défense sur l’existence «d’un plan d’invasion militaire du Qatar» était «un délire» qui «ne mérite pas une réponse».

Le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash, a réagi mardi 29 septembre sur Twitter aux propos du ministre qatari de la Défense, Khalid al-Attiyah, qui a accusé les États «qui imposent un embargo» à son pays d’avoir mis au point «un plan d’invasion militaire du Qatar».

«Le délire de notre frère Khalid al-Attiyah ne mérite pas une réponse», a écrit Anwar Gargash.

De son côté, le conseiller du roi de Bahreïn, Khalid ben Ahmed al-Khalifa, a également appelé sur Twitter le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à mettre fin «aux mensonges et au délires du Qatar» contre le quartette de pays arabes qui appellent à lutter contre le terrorisme.

«Le secrétaire général du CCG ne devrait-il pas agir pour mettre fin à ces mensonges et délires récurrents?», affirme-t-il.

«La vérité est qu'il n'y avait aucune intention» d’envahir le Qatar

Dans une déclaration à la chaîne Al Jazeera, Khalid al-Attiyah a expliqué que les quatre pays qui «appliquent un embargo» contre Doha, à savoir l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte, avaient échafaudé un plan en deux phases pour envahir le Qatar.

«Le plan s’articulait autour de deux phases: l’embargo et la pression sur la population avec pour objectif de provoquer un impact direct sur la rue qatarie, puis s’en suivra l'invasion militaire», a-t-il révélé.

«Malgré la mise en place de ce plan d’invasion, la vérité est qu'il n'y avait aucune intention de passer à l’action», a précisé le ministre qatari.

Lire aussi:

Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
«L'exécutif est obligé de suivre la fachosphère», regrette le recteur de la mosquée de Pantin visée par une fermeture
Tags:
embargo, guerre, invasion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook