International
URL courte
Par
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)
75612
S'abonner

Jeudi 1er octobre, la ville de Martouni a été bombardée par l’armée azerbaïdjanaise. Plusieurs journalistes français du Monde s’y trouvaient, parmi lesquels deux ont été blessés, selon le bureau du Premier ministre arménien. Un journaliste d’une chaîne de télévision russe s’y trouvait également, mais s'en est sorti indemne.

Des journalistes français du Monde ont subi des bombardements azerbaïdjanais dans la ville de Martouni, dans le Haut-Karabakh, a déclaré le chef du Centre d’information et de relations publiques du bureau du gouvernement arménien Hovhannes Movsisyan.

«Les journalistes français du Monde se sont retrouvés sous les frappes dans la ville de Martouni. Deux d'entre eux ont été blessés. Selon les premières informations, ils sont tous deux citoyens français», a écrit M.Movsisyan sur sa page Facebook.

Ils ont été emmenés à l'hôpital de la ville.

De son côté, la porte-parole du ministère arménien des Affaires étrangères, Anna Naghdalyan, a déclaré qu'environ 200 journalistes étrangers représentant plus de 50 médias d'autres pays étaient accrédités pour couvrir les événements dans la zone de conflit du Karabakh.

«La plupart d'entre eux étaient déjà arrivés en Arménie et en Artsakh [Haut-Karabakh, ndlr]», a écrit Mme Naghdalyan sur sa page Facebook.

Un journaliste russe également sous les bombes

Dmitri Ielovski, le vice-rédacteur en chef de la chaîne russe «Dojd» (TV Rain), qui se trouvait sous les bombardements dans le Haut-Karabakh, n'a pas été blessé, a déclaré le rédacteur en chef de la chaîne, Tikhon Dzyadko.

Plus tôt dans la journée, Dzyadko avait écrit sur Telegram que Ielovski se trouvait dans un abri anti-bombe. «Il n'a pas été blessé», a-t-il assuré, ajoutant qu’aucun autre reporter de Dojd n'est actuellement présent dans cette région.

Des journalistes de l’AFP ciblés par des tirs

Des journalistes de l'Agence France-Presse ont quant à eux subi des tirs des troupes azerbaïdjanaises. «Les forces armées azerbaïdjanaises ont tiré sur une voiture transportant des reporters de l'Agence France-Presse (AFP), qui exerçaient des activités journalistiques», selon nos sources. Des photos du véhicule endommagé ont été publiées par le Centre d’information arménien.

D’après cette même source, il y a des blessés graves mais aucune victime. Le nombre de journalistes dans la voiture n’a pour l’heure pas été précisé.

Reprise du conflit dans le Haut-Karabakh

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a déclaré le 27 septembre que les forces armées arméniennes avaient bombardé des villages sur la ligne de contact au Karabakh. D’après ses informations, il y a des victimes parmi les civils et le personnel militaire.

Selon la Défense arménienne, le Karabakh «a été soumis à des attaques aériennes et à des missiles». Erevan a déclaré que Bakou avait «lancé une offensive» en direction du Karabakh.

La république non reconnue a été informée que certains de ses villes et villages, y compris la capitale Stepanakert, avaient été bombardés par des tirs d'artillerie. Les autorités ont appelé la population à se réfugier et ont ensuite déclaré la loi martiale et la mobilisation générale dans la région.

Dossier:
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)

Lire aussi:

La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
«Auteurs intellectuels» de l’attentat de Conflans: qui sont-ils?
Tariq Ramadan mis en examen pour viols sur une cinquième femme
Tags:
Azerbaïdjan, Arménie, bombardements, conflit, Le Monde, Haut-Karabakh
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook