International
URL courte
Par
999
S'abonner

Du fait de la recrudescence des contaminations au Covid-19, la Ville de Bruxelles a interdit la prostitution. Dans le milieu précaire des travailleuses du sexe, la décision suscite de vives inquiétudes pour leur survie au quotidien.

À Bruxelles, face à la dégradation de la situation sanitaire due au Covid-19, le bourgmestre Philippe Close a interdit dès lundi 28 septembre la prostitution de rue et celle dans les établissements dédiés à cette activité, et ce dans l’ensemble de la ville.

Anaïs de Lenclos, porte-parole du Syndicat du Travail du Sexe (STRASS) dit «comprendre la volonté politique de vouloir protéger les gens pour des raisons sanitaires», mais évoque l’impossibilité pour les prostitués d’arrêter leur travail, faute d’autres moyens de subsistance.

«Concrètement, les gens n’auront pas d’autres solutions que de continuer à travailler, mais cachés, puisqu’on leur interdit de travailler, mais qu’on ne leur donne pas la possibilité de vivre. On ne leur assure ni le logement ni la nourriture», commente Anaïs de Lenclos au micro de Sputnik.

À Bruxelles, qui enregistre un taux de positivité de 10% des tests pratiqués, le plus élevé de Belgique, «travailler caché» revient pour la syndicaliste à «prendre les risques». La situation sanitaire qui se dégrade n’incite pas forcément les travailleurs du sexe, «complètement conscients du risque sanitaire», à être à l’œuvre.

Pour ne pas avoir à «travailler caché», un «revenu universel»?

«Mais le souci est qu’on n’a pas le choix. Nous non plus, on n’a pas envie de tomber malades ni de ramener la maladie à la maison», assure Anaïs.

«On ne nous donne pas la possibilité d’arrêter. Comme c’était le cas en France [au printemps dernier, ndlr] où les gens étaient expulsés et n’avaient plus de quoi acheter à manger. À Bruxelles, ça va être pareil», déplore-t-elle.

En Belgique, le marché de travail ne se porte pas bien non plus. Avec deux régions –la Flandre et la Wallonie– Bruxelles est l’une des zones qui affichent l’un des plus mauvais résultats du pays, avec +9,4% de croissance du chômage en un an.

La presse belge a également cité les propos d’Emmanuel André, responsable du laboratoire de référence national des pathogènes respiratoires et porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, qui regrette la décision d’interdire la prostitution à Bruxelles sans «offrir de solutions réalistes

​«Il faut trouver une situation financière, si on veut que les gens s’arrêtent», soutient Anaïs.

On est très loin de la saillie d’Emmanuel Macron, qui proposait de «traverser la rue» pour trouver du travail, il y a tout juste deux ans. La crise touche toutes les filières, y compris tous ceux qui «seront obligés de retourner dans le travail sexuel pour pouvoir se nourrir.»

«Le travail du sexe, c’est également une activité. Elle se passe entre adultes consentants. On peut ne pas approuver cette activité. Mais si c’était si simple de changer de métier, on l’aurait fait depuis longtemps», détaille Anaïs de Lenclos.

Pour la syndicaliste, l’une des solutions appropriées serait «d’établir un revenu universel, d’un montant suffisant pour manger et vivre décemment, au moins pour la période de la pandémie.»

Lire aussi:

Un important incendie au Havre, une épaisse fumée est visible à des kilomètres - vidéo
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Tags:
maison close, Bruxelles, Belgique, Covid-19, prostitution
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook