International
URL courte
Par
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)
7710
S'abonner

Diffusée par l’Azerbaïdjan, l’information sur les graves blessures reçues par le dirigeant du Haut-Karabakh a été démentie par son porte-parole auprès de Sputnik. «C’est totalement faux», assure Vaghram Pogosian. Selon lui, M.Haroutiounian est «sain et sauf» et «exerce ses fonctions».

Peu après que Bakou a diffusé l’information sur de graves blessures reçues par le dirigeant de la république autoproclamée du Haut-Karabakh, Araïk Haroutiounian, lors d’une frappe des forces azéries, celle-ci a été démentie par son porte-parole auprès de Sputnik.

Dans un premier temps, l’information a été diffusée par l’assistant du Président azéri:

«Suite à une attaque précise menée par l’armée azerbaïdjanaise, le leader de la république autoproclamée du Haut-Karabakh, Araïk Haroutiounian, a été gravement blessé», a indiqué Khikmet Gadjiev lors d’un point de presse.

Interrogé par Sputnik, le porte-parole de M.Haroutiounian a qualifié cette information d’intox:

«C’est totalement faux. Le Président est sain et sauf. Il exerce ses fonctions et vient de tenir un discours vidéo. Nous comprenons que les décisions raisonnables du Président provoquent une panique en Azerbaïdjan mais nous tenons à les décevoir», a expliqué Vaghram Pogosian.

Nouvelle journée de tensions

Les affrontements se poursuivent ce 4 octobre dans la région. Après que la capitale de la république autoproclamée du Haut-Karabakh a été de nouveau pilonnée par Bakou, les forces de cette dernières ont répliqué en tirant sur plusieurs localités d’Azerbaïdjan, dont Gandja, deuxième ville du pays, indiquent les autorités azéries.

Erevan a démenti l'information, affirmant avoir attaqué des installations militaires à Gandja, dont la déstruction de son aérodrome. Bakou a démenti, mais fait état d’un mort et de plusieurs victimes.

Dossier:
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
«L'exécutif est obligé de suivre la fachosphère», regrette le recteur de la mosquée de Pantin visée par une fermeture
Tags:
blessure, Azerbaïdjan, Haut-Karabakh, Bakou
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook