International
URL courte
Par
Les tensions dégénèrent en guerre dans le Haut-Karabakh (octobre 2020) (47)
1415
S'abonner

Lors d’une réunion ministérielle tenue le 6 octobre, le ministre azerbaïdjanais de la Défense a ordonné de planifier des frappes contre «l'infrastructure stratégique» de «l’adversaire» dans le Haut-Karabakh, en promettant des mesures si celui-ci a recours aux missiles Iskander, informe un communiqué du ministère.

Le ministre azerbaïdjanais de la Défense Zakir Hasanov a ordonné de préparer des frappes sur l'infrastructure militaire «de l’adversaire», indique un communiqué publié à l’issue d’une réunion ministérielle le 6 octobre portant sur la contre-offensive en cours dans la région du Haut-Karabakh, en proie à des tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

«Le ministre a ordonné à l'armée azerbaïdjanaise de planifier des actions pour frapper l'infrastructure militaire et stratégique sur le territoire de l'adversaire en utilisant des types d’armes dans son arsenal disposant d’une puissance destructrice importante», détaille la note.

«Destruction planifiée des forces ennemies» 

Au cours de la réunion, le ministre a donné des instructions selon lesquelles une «destruction planifiée, délibérée et cohérente des forces ennemies» doit être poursuivie, indique le communiqué.

Qui plus est, d'après le document, M.Hasanov a promis des mesures adéquates si «l’adversaire» a recours aux missiles Iskander. Plus tôt, l’ambassadeur arménien en Russie a promis d’employer des Iskander si la Turquie, qui a donné l’assurance de son plein soutien à l’Azerbaïdjan dans ce conflit, emploie ses F-16 dans le Haut-Karabakh.

Spirale de tensions dans le Haut-Karabakh

Depuis le 27 septembre, le Haut-Karabakh est le théâtre de nouveaux affrontements entre les armées arménienne et azerbaïdjanaise. La République autoproclamée a déclaré que les militaires azéris avaient ouvert le feu sur son territoire, y compris sur sa capitale Stepanakert. Suite à cette escalade, l'Arménie a décrété la loi martiale ainsi que, pour la première fois, une mobilisation générale, affirmant qu’Ankara soutenait activement Bakou. Une mobilisation partielle a été déclarée en Azerbaïdjan, dans certaines régions la loi martiale a également été décrétée.

Les dirigeants russe, français et américain ont appelé les partis en conflit à mettre fin aux hostilités et à s'engager dans des pourparlers sans condition préalable. La Turquie, quant à elle, a promis son «soutien total» à l'Azerbaïdjan sur fond de nouveau regain des tensions dans la région.

Dossier:
Les tensions dégénèrent en guerre dans le Haut-Karabakh (octobre 2020) (47)

Lire aussi:

Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Tags:
infrastructure, Azerbaïdjan, Haut-Karabakh
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook