International
URL courte
Par
5252
S'abonner

Investir dans les infrastructures en Russie? Un outil de certification des investissements pourrait faciliter les démarches des acteurs internationaux sur le marché russe. La société Veb.rf vient de le présenter à Paris. Sa directrice adjointe a détaillé l’initiative à Sputnik.

La société russe de développement d’État Veb.rf a présenté aux décideurs économiques internationaux son nouveau système d’évaluation de la qualité et de certification des projets d’investissements dans les infrastructures, ainsi que sa plate-forme de données, «Rosinfra». La présentation s’est déroulée dans le cadre de la 4e édition du Paris InfraWeek, qui se tient dans la capitale française du 5 au 9 octobre.

Svetlana Yatchevskaia, directrice adjointe de Veb.rf, créée à l’initiative de la Banque de développement de la Fédération de Russie (Vnesheconombank), a évoqué dans une interview à Sputnik les origines de ce projet, dues à la «participation active de la Russie dans le groupe de travail sur les infrastructures» au sein du G20.

«L’agence Veb.rf, une structure privée avec délégation de service public, est mandatée par le ministère des Finances pour représenter la Russie au sein de ce groupe permanent de travail du G20 sur les infrastructures», a-t-elle fait savoir.

Ainsi, en 2019, ce groupe du travail –dont la Russie fait désormais partie– «a formulé les cinq principes de base d’un projet d’infrastructure de qualité», sur lesquelles tous les pays membres se sont mis d’accord.

Faciliter le travail des investisseurs

Ces principes sont devenus une sorte de «feuille de route» pour les systèmes juridiques de tous les pays, dont la Russie, afin de rendre le travail sur les infrastructures transparent au niveau international. 

«Ainsi, chaque entreprise ou fonds d’investissement peut voir clairement les normes juridiques, écologiques, techniques, les réglementations sociales, etc. qui correspondent à la notion “d’infrastructure de qualité” dans le pays cible de l’investissement», décrypte Svetlana Yatchevskaia.

Les aspects à vérifier pour la certification à chaque étape du projet sont qu’il corresponde aux règles économiques russes, ainsi que ses volets de responsabilité sociale, de développement durable, de respect de la nature. «Si vous avez notre certification, l’investisseur voit dans votre projet une cible d’investissement», souligne la vice-présidente de Veb.rf.

Selon l’appréciation de Veb.rf, l’introduction de ce système d’évaluation devrait attirer environ 13 milliards de dollars sur cinq ans dans les infrastructures en Russie. Cela représentera 12% du volume total annuel des investissements directs étrangers en Russie sur les cinq dernières années.

Une méthode universelle et adaptable

Ainsi, un accord de concession a été signé l’année dernière, avec la participation de partenaires étrangers, pour la mise en œuvre d’un projet de traitement des déchets solides dans la région de Kaliningrad.

«Veb.rf est en train de créer une méthode universelle que les ministères de chaque secteur industriel pourraient appliquer dans leurs projets d’investissements», détaille Svetlana Yatchevskaia.

La tâche n’est pas facile, puisque l’agence a mis plus d’un an à élaborer «un système d’analyse de qualité des projets» d’investissement. À l’issue de ce travail «mené avec des partenaires étrangers», une «bible de l’investisseur» de quelque 200 pages a vu le jour.

Actuellement, la méthode créée par Veb.rf est testée avec des partenaires, tels que les agences de notation ou des juristes, les principales banques russes, Sberbank, Prombank ou VTB. Et, malgré la situation incertaine et parfois tendue sur le marché mondial, l’entreprise américaine ICON, pour qui «la qualité des infrastructures a toujours été au-dessus des sanctions économiques», est l’un des partenaires de l’agence russe.

Un test «pratique» en cours

Cette méthodologie, «rendue publique en septembre 2020» en est au stade des «tests sur le terrain»: plusieurs projets d’infrastructures serviront de laboratoire d’expérimentation pour en vérifier sa pertinence.

«Dans la théorie, notre méthode semble juste. C’est confirmé par tous les experts. Désormais, on doit la vérifier sur le terrain pour dénicher d’éventuelles lacunes. Par exemple, si aucun projet ne passait la barre des exigences, une telle méthode ne serait pas utile, puisqu’elle freinerait le développement des infrastructures», souligne Svetlana Yatchevskaia.

D’après la directrice adjointe, la méthode proposée par Veb.rf doit par ailleurs correspondre à l’univers juridique, «devenir une partie intégrante du système légal non à travers une loi, une obligation», mais suite à «une notation».

«L’objectif est que notre méthode devienne indispensable au marché, qui l’aura à son tour “corrigé” et influencé, qu’elle devienne son outil de référence pour les investissements. Dans la pratique, chaque projet devrait être testé via notre méthode dès l’étape du business plan», conclut Svetlana Yatchevskaia.  

D’après les experts, la crise sanitaire accélérerait le programme européen et celui du G20 visant à faire de la qualité des infrastructures basées sur les technologies numériques et intelligentes une priorité. La plate-forme «Rosinfra» héberge la plus grande base de données de projets d’infrastructures en Russie. Elle met à disposition des professionnels des informations sur 3.894 chantiers en cours, 1.166 projets et plus de 5.400 acteurs sur le marché des infrastructures.

Pour faciliter l’accès à l’information, Veb.rf a créé un service unique au monde: bientôt, un bureau de projets numériques permettra de préparer des projets en ligne. Les investisseurs étrangers et les services de microfinance peuvent utiliser la plate-forme pour se familiariser avec le marché russe des partenariats public-privé et sélectionner des projets d’investissements potentiellement intéressants.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un important incendie au Havre, une épaisse fumée est visible à des kilomètres - vidéos
Tags:
France, Russie, infrastructure, investissements
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook