International
URL courte
Par
Les tensions dégénèrent en guerre dans le Haut-Karabakh (octobre 2020) (61)
271227
S'abonner

Alors que la situation humanitaire empire dans le Haut-Karabakh, Sputnik France a tendu son micro à l’association SOS Chrétiens d’Orient, présente au plus près des combats et le tableau qu’elle brosse est alarmant. 75.000 personnes ont déjà fui les bombardements.

La situation humanitaire au Haut-Karabakh se dégrade à mesure que le conflit s’envenime entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

«Le Karabakh fait état de 219 morts», indiquait l’AFP le 5 octobre, date de sa dernière dépêche en date sur le conflit, précisant que l’Azerbaïdjan ne communiquait pas de bilan de ses pertes militaires. Si chaque camp revendique avoir tué «2.000 à 3.000 soldats ennemis», toujours selon l’agence de presse, impossible de connaître les pertes réelles, civiles et militaires. Et à l’heure qu’il est, aucun signe de désescalade n’est en vue.

Liens historiques France-Arménie

Une situation qui laisse peu de personnes indifférentes en France, notamment du fait de la relation historique privilégiée qui lie les Arméniens et les Français. Créée en 2013 et présente en Syrie, en Irak, au Liban et en Égypte, l’association humanitaire SOS Chrétiens d’Orient revient au micro de Sputnik sur les raisons qui l’ont poussée à envoyer une mission sur place et sur la situation humanitaire sur le terrain.

«Nous avions tissé des liens sur place avant le conflit, notamment à Stepanakert, avec le centre de la francophonie, qui est très développé et où il y a une réelle volonté de nouer des relations avec la France. Il y a quelques élus qui avaient signé des chartes d’amitié avec le Haut-Karabakh, afin de développer des relations avec certaines villes», indique Jeanne der Agopian, directrice adjointe de la communication de SOS Chrétiens d’Orient.

«Il y a une communauté arménienne qui est très forte en France. Il y a donc des liens historiques entre la France et l’Arménie», ajoute-t-elle. Au printemps, la crise sanitaire avait ralenti le processus d’implantation de l’ONG française dans le pays, explique Jeanne der Agopian:

«La situation sanitaire a été particulièrement compliquée en Arménie, où les vols ont été fermés jusqu’au mois d’août. Et, au moment même où notre chef de mission arrive en Arménie pour ouvrir sa mission, le conflit éclate.»

Les deux camps disposant d’un arsenal d’armes lourdes, au premier coup de feu la situation s’est rapidement dégradée.

La ville de Goris sous pression

En effet, dès les premiers jours de combat, civils comme militaires se sont retrouvés sous le feu de batteries d’artillerie, de drones de combats turcs et de chars, qui ont poussé les civils à fuir les combats. Très vite, la situation humanitaire est devenue incontrôlable pour les autorités arméniennes, voyant des milliers d’habitants du Haut-Karabakh débarquer: 75.000 selon les premières estimations, soit la moitié des habitants de la région.

«On a été très frappé par la situation d’abandon dans laquelle s’est trouvé Haut-Karabakh», déplore Jeanne der Agopian. 
© Photo / SOS Chrétiens d'Orient
Le directeur des opérations SOS Chrétiens d'Orient à Steparanek dans le Haut-Karabakh

De ce fait, «quand le conflit a éclaté, ça a été très naturel pour nous d’envoyer du personnel en urgence.»

Près de 75.000 personnes déplacées par les combats

SOS Chrétiens d’Orient a donc envoyé au Haut-Karabakh son directeur des opérations François-Xavier Gicquel, avec une équipe de l’ONG peu de temps après l’embrasement pour sonder les besoins des infrastructures arméniennes. Et, ils «lui sont apparus de manière criante assez rapidement», précise notre interlocutrice.

«En particulier à l’hôpital de Goris, dernière grande ville avant le Haut-Karabakh, qui reçoit un flux très important de blessés militaires et civils. On a donc décidé en urgence de faire des dons de matériel médical pour y soulager la pression», ajoute-t-elle.

En effet, le flux important de réfugiés qui passe par Goris fait de cette ville un emplacement idéal pour la mission de SOS Chrétiens d’Orient. De plus, «beaucoup d’ambulances font le trajet entre Goris et Stepanakert, la ville la plus importante du Haut-Karabakh, proche des combats. Cela nous permet d’acheminer du matériel jusqu’à Stepanakert sans se mettre en danger

​Une prudence indispensable, alors que deux journalistes du Monde ont été blessés lors d’un bombardement non loin de la ligne de front. Mais la mission de SOS Chrétiens d’Orient en Arménie est trop importante à leurs yeux pour envisager de quitter la deuxième ligne.

Dossier:
Les tensions dégénèrent en guerre dans le Haut-Karabakh (octobre 2020) (61)

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Darmanin prédit des «décisions difficiles» pour lutter contre l'épidémie de Covid-19
Tags:
Azerbaïdjan, Arménie, Haut-Karabakh
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook