International
URL courte
Par
13551
S'abonner

La Russie, accusée le 13 octobre par la Norvège d’avoir été derrière les cyberattaques contre le parlement norvégien, survenues en août dernier, a qualifié de telles accusations d’«inacceptables», indique une note de l’ambassade russe à Oslo. La diplomatie russe a demandé des explications à la partie norvégienne.

En répondant à l’accusation de la Norvège imputant à la Russie les cyberattaques effectuées contre le Storting, l'unique chambre du parlement norvégien, en août dernier, l’ambassade russe à Oslo a demandé ce 13 octobre des explications à la partie norvégienne.

«Nous croyons que de telles accusations contre notre pays sont inacceptables. Nous considérons ce qui s'est passé comme une sérieuse provocation délibérée, destructrice pour les relations bilatérales», a indiqué l’ambassade de la Fédération de Russie à Oslo dans une note publiée sur Facebook. Et d’ajouter que la partie norvégienne n’avait livré aucune preuve de l'implication de la Russie.

Le document indique par ailleurs que des ressources Internet russes, dont celle de l’ambassade en Norvège, étaient «annuellement» la cible de «millions de cyberattaques». Cette circonstance «ne donne pas le droit d’accuser sans fondement les autorités de pays de leur possible origine», est-il précisé.

Une procédure spéciale en cas d'incidents informatiques

L’ambassade rappelle qu’en mai 2020 une note décrivant la procédure à suivre en cas d'incidents informatiques, impliquant des canaux officiels pour les enquêter, avait été envoyée au ministère norvégien des Affaires étrangères. Ce dernier n’y a pourtant pas réagi.

«À l’époque, il n’y avait aucune réaction, ce qui témoigne de la réticence des autorités norvégiennes à dialoguer. La question [se pose de savoir, ndlr] pourquoi alors, en collaboration avec les pays européens, des mécanismes de réaction spécialisés avaient été créés, un cadre législatif avait été formé?», souligne la note.

Il est à noter que les autorités de la Fédération de Russie ont à plusieurs reprises rejeté les accusations de cyberattaques de la part de l'Occident.

Lire aussi:

Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
accusations, cyberattaque, Norvège, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook