International
URL courte
Par
457230
S'abonner

Selon BuzzFeed, se référant à l'agence fédérale de gestion des secours (FEMA), les 45 respirateurs russes destinés à aider les États-Unis dans la lutte contre le coronavirus ont été détruits sans être utilisés. En cause: une différence de tension électrique.

Les respirateurs sont cruciaux pour sauver des vies car ils permettent d'assurer la ventilation artificielle des poumons des patients souffrant d'une pneumonie causée par le Covid-19. Cependant, les appareils livrés par la Russie n'ont pas été utilisés aux États-Unis car ils n’étaient pas compatibles avec la tension électrique locale.

Selon BuzzFeed qui se réfère à l'agence fédérale de gestion des secours (FEMA), les services d'urgence américains ont détruit ces 45 unités d’équipement médical.

«Les respirateurs offerts en question ont été détruits dans le strict respect de la réglementation sur l’élimination des déchets dangereux», a déclaré un porte-parole de la FEMA.

L'envoi de matériel russe à New York

Conformément à l’accord obtenu entre Vladimir Poutine et Donald Trump sur la livraison d’aide médicale russe aux États-Unis, un Antonov An-124-100 Rouslan des Forces aérospatiales russes chargé d’équipements médicaux a atterri le 1er avril à l’aéroport John F. Kennedy de New York.

Après avoir reçu l'aide humanitaire russe, le personnel de la FEMA l'a distribuée parmi des hôpitaux de New York, alors foyer majeur de l'épidémie américaine.

Outre des respirateurs, parmi les équipements médicaux russes envoyés aux États-Unis se trouvaient également des masques, des gants, des blouses et des écrans faciaux.

Le geste avait été qualifié de «très gentil» par Donald Trump.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
aide humanitaire, livraisons, coronavirus SARS-CoV-2, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook