International
URL courte
Par
Campagne présidentielle 2020 aux États-Unis (71)
15748
S'abonner

Les récents scandales mettant en cause Joe Biden et son fils se multiplient. Pourtant, leur impact sur les intentions de vote est nul, ou presque. Joint par Sputnik, Olivier Piton, avocat à Washington et spécialiste des États-Unis, souligne que des médias plutôt démocrates en ont fait un sujet tabou. «Du jamais vu», considère-t-il.

Le fils de Joe Biden, Hunter, devient un caillou de plus en plus gênant dans la chaussure du candidat démocrate. Lien avec un réseau de trafic sexuel, 3,5 millions de dollars reçus de la femme de l’ex-maire de Moscou, conflit d’intérêts, trafic d’influence… Plus le jour de l’élection américaine se rapproche, plus les déboires de Hunter Biden remontent à la surface.

​Pourtant, les courbes des sondages d’intentions de vote ne bougent pas au niveau national depuis les premières révélations au début du mois d’octobre. Joe Biden oscille toujours entre 51% et 52%, et Donald Trump entre 41% et 42%. Un phénomène étonnant au vu de la gravité de certaines accusations. Notamment celle découverte dans un MacBook Pro censé appartenir à Hunter Biden, faisant état d’un «e-mail explosif» révélant comment le fils du candidat a présenté un homme d'affaires ukrainien à son père, à l’époque vice-président. Une accusation démentie par le camp Biden.

Un dossier trop léger, rendu public trop tard

Mais, vraie ou fausse, l’info a désormais peu d’importance. C’est «trop peu, trop tard», estime au micro de Sputnik Olivier Piton, avocat basé à Washington et auteur de La Nouvelle révolution américaine (Plon, 2016):

«Trop peu d’abord, car les informations sont encore extrêmement parcellaires. Les républicains, ou en tout cas une partie d’entre eux, tentent d’affirmer à partir de ces informations que Joe Biden est corrompu, mais ce qui est sorti reste trop léger. Si ces informations étaient prouvées, cela ferait l’effet d’une bombe, mais nous n’en sommes pas encore là.»

Selon l’avocat, qui suit au quotidien l’évolution de ces dossiers, «il n’y a pas de preuve absolue de la culpabilité de Joe Biden». Ou en tout cas, «rien qui ne puisse entamer le bipartisme qui est actuellement en place aux États-Unis

La presse aussi polarisée que l’électorat

Ainsi, quand bien même ces accusations seraient avérées, le calendrier fait d’après lui qu’elles ne peuvent pas faire définitivement pencher la balance en faveur de Donald Trump:

«Le fait que l’affaire ne sorte qu’un mois avant l’élection ne lui permet pas d’avoir d’importantes conséquences d’un point de vue électoral. Surtout sans la possibilité de pouvoir clairement lier les déboires de Hunter à son père», juge Olivier Piton.

Mais le cœur du sujet n’est pas là, considère le juriste. Pour lui, cette affaire est une nouvelle illustration de l’extrême polarisation politique et médiatique des États-Unis:

«Quelles que soient les affaires qui sortent d’un côté comme de l’autre, la presse, dépendamment de son affiliation politique, ne va pas du tout agir de la même manière. Y compris la presse dite “mainstream”», affirme Olivier Piton.  

Un phénomène qui s’est encore accentué depuis l’élection précédente. Avant et pendant la campagne de 2016 entre Hillary Clinton et Donald Trump, le New York Times ou le Washington Post avaient enquêté sur l’affaire du serveur privé utilisé par la candidate démocrate.

Aujourd’hui, «ni le New York Times, ni le Washington Post n’ont mené d’enquête, ni même relayé les éléments sur Hunter Biden, sauf quelques papiers en fin de journal dans lesquels on explique que tout cela n’existe pas. Ils ont sciemment décidé de ne pas prendre en compte cette information, ni d’enquêter. Ils sont partis du postulat que cela nuirait à Joe Biden et donc qu’il ne fallait pas en parler. C’est du jamais vu», analyse Olivier Piton.

«On a une presse américaine qui est complètement militante», regrette l’avocat en droit des affaires : dans un sens comme dans l’autre, la presse va tout faire pour minimiser les mésaventures de son candidat et mettre en avant ses succès.

«Ces mêmes médias ont enquêté sur Donald Trump et ses proches dans le cadre de l’affaire russe. Et là, concernant Joe Biden, alors que le niveau de suspicion est à peu près le même, pas d’enquête.»

Une analyse qui vaut aussi bien pour les médias conservateurs que libéraux, insiste le spécialiste de la politique américaine. Cette polarisation se reflète parfaitement selon lui dans une phrase prononcée par Donald Trump en pleine campagne de 2016: «Je pourrais… tirer sur quelqu’un, et je ne perdrai aucune voix». Ainsi cette affaire ne bougera-t-elle selon Olivier Piton aucune voix des démocrates vers le Parti républicain:

«Pour chaque camp, tout ce qui vient d’en face est directement considéré comme de la fake news. C’était valable pour Trump, ça l’est aussi pour Joe Biden.»

Et de conclure en convoquant l’exemple du Watergate. Selon Olivier Piton, ce scandale d'espionnage politique, qui avait abouti en 1974 à la démission de Richard Nixon, ne pourrait plus avoir lieu aujourd’hui: il serait considéré comme «fake news» par les partisans du président.

Dossier:
Campagne présidentielle 2020 aux États-Unis (71)

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
présidentielle américaine 2020, Hunter Biden, Donald Trump, Joe Biden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook