International
URL courte
Par
Campagne présidentielle 2020 aux États-Unis (71)
2263
S'abonner

Qui a gagné le dernier débat présidentiel entre Donald Trump et Joe Biden? Décryptage du rôle des argumentaires électoraux des candidats et leur rôle potentiellement décisif dans l’élection américaine par Philippe-Joseph Salazar, détenteur de la chaire de rhétorique à la faculté de droit du Cap, au micro de Rachel Marsden.

Alors que nous arrivons à la fin de la campagne présidentielle américaine sans doute la plus bizarre de l’histoire, le dernier débat entre le Président Républicain Donald Trump et l’ex-Vice-Président Démocrate Joe Biden a prouvé que nous sommes entrés en territoire inconnu en matière de rhétorique.

Il est par exemple difficile d’imaginer les candidats George H. W. Bush et Bill Clinton, ou John F. Kennedy et Richard Nixon, passer leur temps de débat à s’accuser de s’enfermer à la cave (comme Trump à propos de Biden), ou à se disputer pour savoir lequel des deux est le moins raciste.

Mais après tout, nous sommes en 2020. Et apparemment, le niveau du discours a clairement touché le fond. La durée d’attention du public est désormais limitée à la longueur d’un Tweet, et les arguments des candidats ne valent pas mieux. La forme prime sur le fond.

Quel rôle la rhétorique a-t-elle donc joué dans cette campagne? Et qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir de la politique aux États-Unis et ailleurs? Philippe-Joseph Salazar, détenteur de la chaire de rhétorique à la faculté de droit du Cap en Afrique du Sud, explique de quel avantage le Président en exercice dispose sur son adversaire pour calibrer ses discours.

«Le grand avantage de Trump, c’est que son public est homogène, donc il peut cibler à chaque fois, de façon très nette, ses argumentaires. C’est pour ça que Biden était incertain sur le développement du fracking et des exploitations gazières et de pétrole: il vise un électorat hétérogène.»

L’auteur de Suprémacistes: L’enquête mondiale chez les gourous de la droite identitaire (Éd. Plon) évoque également l’émergence d’une nouvelle tendance, le rôle des instituts de sondages dans les campagnes présidentielles:

«La pléthore de sondages a développé une rhétorique tout à fait nouvelle. Les instituts de sondages sont devenus des stocks d’argumentaires pour les campagnes. C’est-à-dire que si vous lisez après chaque débat et tous les jours dans le New York Times les arguments proposés par chaque groupe d’instituts, vous voyez très bien qu’ils sont utilisés par les campagnes électorales elles-mêmes.
Et moi […], si j’étais un stratège, je monterais des instituts de sondages afin de manipuler les argumentaires, parce qu’on en est quasiment là, maintenant.»
Dossier:
Campagne présidentielle 2020 aux États-Unis (71)

Lire aussi:

«Vous allez voir en 2021, l’islam, on va tous vous tuer»: le passager ivre d’un tram interpellé à Montpellier
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Migrants délogés: Rémy Buisine «pris à la gorge» par un policier, Darmanin évoque des «images choquantes» – vidéos
Tags:
Joe Biden, Donald Trump, élection présidentielle, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook