International
URL courte
Par
1418
S'abonner

Deux cas de Covid-19 ont été enregistrés aux Îles Marshall, l’un des derniers pays jusqu’ici épargné par le virus, a annoncé mercredi 28 octobre le gouvernement de cet archipel du Pacifique.

Alors que la pandémie touche quasiment le monde entier, il reste quelques exceptions, notamment dans l’océan Pacifique. Jusqu’à ce mercredi c’était le cas des Îles Marshall qui ont maintenant officiellement recensé leurs deux premiers cas importés de coronavirus.

Selon les autorités, il s’agit de deux employés de la garnison américaine de l'atoll de Kwajalein, une femme de 35 ans et un homme de 46 ans, qui sont arrivés à bord d'un vol militaire en provenance de Hawaï et ont tout de suite été placés en quarantaine. Ils n’auraient donc pas été en contact avec la population locale.

«Nous pouvons assurer à la population qu'il s'agit de cas importés qui ont été détectés alors que ces personnes étaient en quarantaine», indique le gouvernement dans un communiqué publié mercredi.

Un système de santé fragile

Les Îles Marshall ont fermé leurs frontières début mars de peur que leur système de santé ne soit pas en mesure de faire face à la pandémie. Et ce en dépit du coût économique engendré.

Depuis juin, les autorités ont assoupli les restrictions pour autoriser l'entrée des travailleurs de la base militaire américaine, mais uniquement sous réserve d'une stricte quarantaine de trois semaines dans la garnison de Kwajalein, relate la BBC.

Les pays sans Covid-19

Selon la BBC, Kiribati, Nauru, les Îles Palaos, les États fédérés de Micronésie, Samoa, Tonga, Tuvalu et Vanuatu sont tous considérés comme étant encore épargnés par le virus.

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Tags:
santé, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, îles Marshall, océan Pacifique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook