International
URL courte
Par
29628
S'abonner

Si la Chine avait la première confiné son économie avec un recul de sa croissance au premier trimestre à 6,8%, sa pire performance depuis l'ère maoïste, elle serait également le premier pays à sortir de la crise sanitaire et économique. Décryptage approfondi avec Jean-François Di Meglio, président d’Asia Centre.

L’activité du secteur manufacturier en Chine du mois d’octobre a atteint un niveau record depuis dix ans sous l’effet de la demande intérieure, selon les conclusions d’une enquête privée. Après les chiffres publiés le 19 octobre d’une croissance du pays au troisième trimestre évaluée à 4,9%, la dynamique de l’économie chinoise semble s’être tout à fait remise des conséquences de la crise sanitaire. À tel point que Pékin devrait être le seul pays du G20 à parvenir à une croissance positive en 2020, que le Fonds monétaire international (FMI) estime à 1,9%. Oui, car l’embellie de l’été pour les Européens aura été de courte durée avant un automne noir, ravagé par la deuxième vague. Après l’un des plus gros reculs hebdomadaires depuis mars à la Bourse de Paris, l’exécutif français a annoncé le 30 octobre prévoir une contraction du PIB de 11% sur l’ensemble de l’année 2020, contre -10% prévu jusqu’alors. Alors que la France comptabilise plus de 35.000 victimes du Covid-19 et que les États-Unis en déplorent 230.934, la Chine accuse pour le moment moins de 5.000 décès et les rares cas encore détectés proviennent de l’étranger.

L’absence de deuxième vague en Chine

Souffrant d’une image écornée en Occident du fait de l’origine du coronavirus, du traitement des Ouïghours, de la répression à Hong-Kong et de l’agressivité de ses diplomates, la Chine a pourtant réussi à tirer son épingle du jeu sur le plan sanitaire et économique. Interrogé par Sputnik, Jean-François Di Meglio, président de l’institut de recherche Asia Centre, estime qu’un des facteurs les plus déterminants de ce rebond chinois est l’absence de deuxième vague.

«Tous les pays connaissent plusieurs vagues de pandémie. Et il est objectif, il n’y a rien à dire, on ne peut absolument pas contester cela. La Chine ne connaît pas de deuxième vague de pandémie, ce qui explique aussi considérablement le rebond. C’est aussi une limite parce que s’il n’y a pas de deuxième vague de pandémie, si on est dans un monde normal, finalement le rebond devrait être plus élevé que 4%. Ce chiffre nous montre simplement que l’économie chinoise reste extrêmement dépendante de tout ce qui se passe dans le reste du monde.»

La relance de l’activité a été permise en Chine grâce à des «confinements stricts, des tests de dépistage à grande échelle et un suivi des cas contacts», a relevé pour l'AFP l'analyste Ting Lu, de la banque d'affaires Nomura. 55 jours de confinement ont été imposés en France contre 90 jours en Chine, notamment à Wuhan, rappelle Di Meglio.

Ensuite, il s’agit d’un «rebond logique» car «tous les pays connaissent un rebond après la première vague», parvenant à un seuil qui va la rapprocher de son niveau antérieur poursuit ce dernier. Ainsi, la France s'attend à un rebond de 16% de son PIB, de même que les États-Unis qui voient leur croissance atteindre 7,4%, au troisième trimestre, par rapport au deuxième. Troisième facteur pointé par le spécialiste, «l’avance par rapport aux autres pays touchés par la pandémie», qu’il évalue à deux mois:

«La pandémie a été reconnue le 23 janvier en Chine. Il faut rappeler que le confinement en France date du 16 mars. Il y a systématiquement une avance qu’on évalue à deux mois de tout ce qui se passe en Chine par rapport à ce qui se passe dans les autres pays.»

Le président d’Asia Centre évoque pour Sputnik des facteurs supplémentaires de ce rebond, spécifiques à la Chine.

Digitalisation et étatisation, les deux mamelles de la Chine

Dans un long article, France 24 s’interroge sur le gonflement relatif des chiffres officiels et remet en cause leur transparence, citant la spécialiste de l’économie chinoise Mary-Françoise Renard, «car on ne sait pas comment précisément elles sont construites».

Une incertitude qui ne contredit pas toutefois la tendance selon laquelle l’économie chinoise «tourne à nouveau». La reprise de la consommation intérieure est un indice relevé par Jean-François Di Meglio qui indique celle-ci est fortement «digitalisée». Représentant un «accélérateur de rebond», «la digitalisation considérable de l’économie chinoise» a permis de faire face plus rapidement à la crise, contrairement aux économies occidentales plus dépendantes de la consommation:

«En termes de consommation, l’économie chinoise est ventilée très différemment de la nôtre. C’est une économie avant tout d’investissement, dans laquelle la consommation représente entre 20 et 30% de la croissance, par opposition à 50-60% chez nous, et où la consommation ne représente pas 30% du PIB alors que chez nous, ça peut être 60- 70 %.»

Autre raison décisive, le poids de l’État dans l’économie chinoise. Depuis la crise, en Occident, l’État a tenté de reprendre la maîtrise de l’économie, avec l’injection massive de liquidités, des subventions massives aux secteurs en difficultés, avec l’exemple du chômage partiel en France.

«En Chine, l’État est déjà présent dans l’économie. Donc il dispose de tous les leviers pour relancer l’économie et il le fait.»

Il cite ainsi d’importants programmes d’investissements et de grands travaux. Mais attention, il s’agit pour la Chine de chiffres «légèrement inférieurs à ce qu’on aurait pu attendre», relève le président d’Asia Centre, qui s’attendait à 5,5% de croissance au troisième trimestre. Car ce qui est une force dans cette crise, l’étatisation et la planification, lui donnent «une capacité à réagir» mais cela peut devenir une limite. En effet, cela ne lui procure pas non plus «une élasticité aussi forte que ce que l’on peut observer dans l’économie américaine».

Alors que l’instabilité économique règne à l’échelle internationale, la Chine tente à son tour de modifier son «modèle de développement économique», selon les vœux formés par le Comité central du Parti communiste chinois (PCC), réuni autour du Président Xi Jinping. Le 14e plan quinquennal (2021-25) adopté fin octobre met ainsi l'accent sur la consommation intérieure et l'autonomie technologique après avoir longtemps misé sur les investissements lourds notamment dans les infrastructures et les exportations. Des déclarations qui restent au stade des «intentions» pour François Di Meglio qui note le retour à l’économie chinoise telle qu’elle était en 2015:

«Ce qu’on observe aux 2e et 3e trimestres, par opposition à tout ce qui avait précédé immédiatement à la pandémie, c’est un retour à une forme d’économie chinoise semblable à ce qu’on avait il y a 4 ou 5 ans, c’est-à-dire une machine à exporter, avec une très forte part des exportations dans la croissance. Évidemment pas en direction des USA comme c’était le cas auparavant, avec la guerre commerciale, mais des exportations vers l’Union européenne et vers toute l’Asie.»

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
Parti communiste chinois (PCC), guerre commerciale, Donald Trump, Emmanuel Macron, Xi Jinping, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook