International
URL courte
Par
5218
S'abonner

La Dépakine, commercialisée par Sanofi, a fait des milliers de victimes depuis des décennies. Ce médicament, prescrit à des femmes enceintes en cas de troubles bipolaires ou comme antiépileptique, est à l’origine du handicap de nombreux enfants, empoisonnés in utero. Reportage de Sputnik au sein de familles touchées par ce drame.

7.232 victimes, 1.541 avortements, 164 décès. Derrière ces chiffres-choc, les victimes in utero de la Dépakine recensées par l’APESAC (Association d’Aide aux Parents d’Enfants souffrant du Syndrome de l’Anti-Convulsivant), on trouve des vies brisées, des familles éprouvées, des espoirs, des dossiers administratifs, des combats. Pour ce reportage exclusif, certaines familles ont accepté de se livrer à Sputnik.

Passé le premier «choc émotionnel», «amères», mais combattantes, les familles font face à leur passé, acceptent le présent et espèrent un futur pour leurs enfants.

Grand prématuré «amoureux d’Aznavour»

Un jour d’automne clair et ensoleillé, Sputnik rencontre Aouatef Souissi dans son appartement bien agencé, près de Lille. Il est difficile de deviner que l’image de cette femme énergique cache une blessure profonde, la perte de son premier-né.

En 2014, lors de sa grossesse, rien ne présageait de la suite tragique des évènements et la future mère est partie en vacances en Espagne. Sauf que c’est dans ce décor paradisiaque que son fils, «un grand prématuré» qui «pesait 750 g», a vu le jour le 6 avril. Et d’emblée, les médecins ont annoncé aux parents son handicap: le garçon souffrait d’une malformation de la colonne vertébrale, une spina bifida.

«On m’a dit: “Ah? vous avez pris de la Dépakine? C’est connu quand même depuis longtemps que la Dépakine provoque souvent des spina bifida.” Cette phrase a résonné en moi des mois plus tard», se rappelle Aouatef Souissi.

«On a décidé de l’appeler Raphaël.» Le récit des premiers jours passés avec son fils est déchirant, mais lumineux, malgré les circonstances. Les médecins ont pratiqué une opération sur le dos du garçon, «il a survécu à sa première journée», et les parents ont eu la «possibilité de passer 20 minutes de peau à peau» par jour.

«Malgré sa grande prématurité, il avait de très grands yeux, il était très éveillé. On communiquait beaucoup par le regard. Avant qu’il se couche, je lui chantais des chansons, des comptines, des berceuses, c’est là que je me suis aperçu que c’était un amoureux d’Aznavour. Il était très sensible à ça, il réagissait beaucoup», raconte Aouatef Souissi.

Rapatriée en France, les parents ont pu rester deux mois avec leur fils, mais face à l’évidence que pour lui, «ce ne serait pas une vie digne», ils ont fini par accepter de lever des soins intensifs qui maintenaient le garçon en vie. Depuis, Aouatef Souissi a fait de cette tragédie «un combat personnel d’information» pour dénoncer les méfaits de la Dépakine. Mais le temps ne s’est pas arrêté et elle profite de la vie pour élever sa fille de cinq ans.

«Bien sûr, l’argent ne remplace rien. Mais quelle que ça soit la somme, j’accepte», conclut Aouatef.

Un collège d’experts de l’ONIAM (Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux) est arrivé aux conclusions que Raphaël avait «été empoisonné in utero par le valproate de sodium» (le principe actif de la Dépakine) et Aouatef Souissi vient d’accepter l’indemnisation qu’on lui a proposée.

Un handicap qui «ne se voit pas à l’échographie»

Rien ne distingue en apparence la famille Brunot, avec ses quatre enfants qui jouent avec leur chien dans un parc, le père pompier professionnel et la mère au foyer, d’une famille française ordinaire. Mais cette façade cache une histoire à rebondissements douloureux. Hugo, l’un des jumeaux, est né avec des troubles neurologiques du fait de la Dépakine prescrite à sa mère.

«Ça a été un parcours du combattant pour avoir nos enfants, parce qu’on est passés par la PMA. On m’a expliqué qu’on pouvait avoir le spina bifida, visible à l’échographie. Hugo est autiste et hyperactif… Sauf que ça ne se voit pas à l’échographie», confie à Sputnik Ingrid Brunot, sa mère.

Le couple, installé depuis peu dans une zone pavillonnaire proche d’Orly, vit assez replié sur lui-même. Lassés par des remarques et des réactions au comportement de leur fils autiste, les parents se soutiennent mutuellement. Avec «des hauts et des bas», la famille résiste et n’abandonne pas ses rêves pour le futur de ses enfants.

«On sait qu’il y a des couples qui sont séparés. Nous, on est restés ensemble, malgré la difficulté. Mon idéal serait qu’il travaille un jour. Que Hugo [travaille, ndlr], même si je sais que c’est difficile. Là, ça serait une vraie joie», assure l’époux d’Ingrid Jérôme Brunot.

Dans l’histoire des Brunot, la rencontre avec les activistes de l’APESAC a été un moyen de rompre l’isolement et de commencer «à relativiser».

«C’est grâce à Marine Martin que j’ai découvert que la Dépakine pouvait être la cause de l’autisme d’Hugo. Grâce à cette association, on se rend compte qu’il y a beaucoup de familles touchées qui sont dans la même situation que nous, voire pire», explique Ingrid Brunot.

L’association regroupe des milliers de personnes, mais découragées par la lenteur des réactions officielles et trop pris par la gestion au quotidien du handicap de leurs enfants, les familles ne se lancent pas forcément dans des procédures juridiques.

«Si je ne le fais pas, personne ne le fera à ma place»

Pour Marine Martin, la présidente de l’APRSAC, l’histoire du «scandale sanitaire de la Dépakine» débute en 2002, quand son fils nait «avec des malformations puis avec ses troubles autistiques.» Persuadée qu’elle est victime de «trop de malchance pour être honnête», la jeune femme se lance à la recherche d’information, puisqu’au fil des consultations médicales, on «n’arrivait pas à lui donner une réponse.»

«Je voulais avoir d’autres enfants, je voulais savoir si c’était génétique», précise à Sputnik Marine Martin.

Cette mère s’est fait connaitre à force de faire des couloirs de l’ONIAM et de frapper à toutes les portes. L’association et Marine ont réussi à contraindre le producteur, le géant pharmaceutique Sanofi, à des concessions dans l’information sur le valproate de sodium. On trouve désormais le logo d’une femme enceinte barrée sur la notice du médicament, signe que la Dépakine est proscrite durant la grossesse.

«J’ai créé une association pour rassembler des familles qui étaient dans la même situation que moi, parce que l’épilepsie, pour laquelle on prescrit ce médicament, est une maladie extrêmement répandue», détaille Marine Martin.

Même la crainte que ses deux enfants touchés puissent être relégués à la fin de la liste d’attente pour l’indemnisation n’arrête pas la lanceuse d’alerte. Sa volonté de se battre la pousse à s’introduire à l’Assemblée générale de Sanofi, en 2018 ou à interpeller Jean Castex quand le hasard les place côte à côte dans l’avion. «Je vais là où les élus se déplacent. Si je ne le fais pas, personne ne le fera à ma place», conclut Marine Martin, combattive.

Les élus au secours des familles

Malgré des années de combat, Marine Martin considère que «le dispositif qu’on a mis en place ne fonctionne pas bien, il traite très peu de dossiers et les indemnisations sont faibles.» Mais son énergie a entrainé dans le sillage de ses batailles procédurières et financières plusieurs personnalités politiques et syndicalistes. 

«Je me suis rendu compte qu’il y avait un certain nombre de dysfonctionnements qui ne permettaient pas d’aboutir à la satisfaction qu’avait souhaitée le Parlement en 2016. Aujourd’hui, il reste des difficultés pour que des dossiers soient déposés», confirme au micro de Sputnik Véronique Louwagie, députée (LR) de l’Orne.

Une lueur d’espoir a jailli de l’hémicycle, le 2 novembre dernier, suite à l’amendement N° 1030 de Véronique Louwagie lors de la présentation du Projet de loi de finances 2021. Cet amendement propose de modifier deux articles du Code de la Santé publique, qui touchent à l’indemnisation des victimes. La députée a de nouveau précisé que «le mécanisme d’indemnisation fonctionne mal, parce que Sanofi refuse de participer à son fonctionnement et rejette toutes les décisions du collège d’experts de l’ONIAM» et a appelé à augmenter des pénalités contre le laboratoire, notamment pour «limiter les dépenses publiques».

Rejeté en commission à l’Assemblée, cet amendement a recueilli un «avis de sagesse» du gouvernement et a finalement été adopté en séance.

Le dossier est pourtant loin d’être clos, puisque sur plus de 600 victimes ayant déposé une demande d’indemnisation, 95 avis favorables ont été rendus, pour un montant total de 10 millions. En plus, si la «responsabilité entière du laboratoire Sanofi» a été retenue, l’État est aussi mis en cause dans un tiers des dossiers.

Lire aussi:

Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Tags:
Assemblée nationale, Dépakine, scandale médical, médicaments, sécurité
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook